Ismaïla Madior Fall sur la candidature de Macky Sall en 2024 : « Elle ne dépend de qui que ce soit… le président peut attendre jusqu'en octobre pour se prononcer »


Le mandat présidentiel a fait l’objet d’un débat à travers un symposium initié par le président du parti Awalé, Abdourahmane Diouf,  qui a mis à contribution différents juristes partagés sur le sujet. En effet, certains ont signalé que la candidature de Macky Sall était irrecevable en donnant des arguments tandis que d’autres la considèrent comme tout à fait recevable. Ces derniers  considérant qu’il n’y pas de disposition transitoire qui exclut le premier mandat, en plus pour l’article 27 de la constitution, la durée du mandat a été exclue.   

Le ministre de la justice, garde des sceaux, Ismaïla Madior Fall, a bien suivi les interventions de ces juristes et se fait, en tant qu’universitaire et constitutionnaliste, sa propre interprétation. C’est dans l’émission du dimanche « Point de Vue » diffusée sur la chaîne nationale, la RTS1, que le ministre abordera la question de la 3e candidature de Macky Sall. Pour le Pr Ismaïla Madior Fall, en droit aucun texte n’est clair et la raison juridique est une raison dialectique.
 
Il est dès lors important, selon le ministre de la justice, de préciser que dans l’histoire du Sénégal, il n’y a pas eu un président de la République, de Senghor à Abdoulaye Wade qui a été empêché de participer à une élection parce qu’il y a la limitation des mandats. « Moi, je faisais partie par contre des gens qui pensait que le présent Abdoulaye Wade ne devait pas être candidat et j’avais un argumentaire simple : Je disais, qu’il l’a déclaré et la parole du président est importante. Mais le conseil constitutionnel m’a répondu en disant que la parole présidentielle n’est pas une source de droit et que la constitution de 2001 exclut le premier mandat. Ce ne sont ni les débatteurs, ni les journalistes qui ont autorité sur la question, la candidature, c’est l’affaire du Conseil constitutionnel. Quelle que soit sa décision, il faut se plier à cette institution judiciaire », souligne Ismaïla Madior Fall.

Et selon lui toujours, la candidature du président Macky Sall ne dépend de qui que ce soit. « Le président est élu pour un mandat de 5 ans. Nul ne peut faire plus de deux mandats consécutifs. Cette disposition s’applique au mandat en cours. » Le professeur Ismaïla Madior Fall rappelle le référendum de 2016 et précise que le Conseil constitutionnel a enlevé la disposition et dira que « le mandat en cours échappe à la loi nouvelle ».

De son avis, c’est un débat à banaliser. Aujourd’hui, au Sénégal, l’opinion publique est divisée sur cette question et alimente un débat. Il est donc à attendre la décision d’un juge. Théoriquement, le ministre Ismaïla Madior Fall révèle que le président Macky Sall peut attendre jusqu’en octobre pour se prononcer car, il peut attendre le moment du dépôt des candidatures pour apprécier s’il va déposer sa candidature ou pas. Il a son propre agenda et il choisira le moment...
 
 
Lundi 2 Janvier 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :