Idrissa Baldé (maire de Niagha) : « je pense que la radicalisation de la société civile à l’image du F24 est à la limite inadmissible… »


Le maire de la commune Niagha (Sédhiou) Idrissa Baldé, estime fermement qu’il faut aller au dialogue pour l’intérêt du pays. Dans la foulée, il trouve « inadmissible » la position de la société civile qui ne veut pas aller au dialogue appelé par le chef de l’État à l’image du F24. Il a fait cette annonce, ce samedi 24 février lors du vote des adjoints au maire suite au recours délibéré par la cour d'appel de Ziguinchor recommandant le respect de la parité( homme-femme) devant le sous-préfet de Simbanding Birassou.  

 

En ce sens, il faut rappeler que la commune de Niagha polarise 71 collectivités territoriales concernées par ce cas. Donc suite au recours d’un des conseillers, la cour d’appel de Ziguinchor par arrêté numéro 31 du 30 mars 2022 a annulé le vote antécédent et demande à ce que le vote soit repris en respectant la parité.

 

À en croire le Dr Idrissa Baldé, « on aurait compris le F24 qui est dans une situation d’opposition pour refuser de répondre au dialogue. Mais je pense que la radicalisation de la société civile à l’image du F24 est à la limite inadmissible et incompréhensible. D’ailleurs, en réalité, tous les grands conflits ont été règlés autour d’une table. C’est pourquoi on doit se concerter malgré la complexité de la situation. » C’est pourquoi, il précise « je pense qu’aujourd’hui ne pas aller au dialogue est une mauvaise idée, sinon il y’aura des décisions qui seront prises et pourraient ne pas plaire à tout le monde. Et cela va renforcer les oppositions ou les tiraillements alors qu’aujourd’hui nous devons nous unir pour bénéficier des opportunités offertes par le pétrole et le gaz. »

 

 

Concernant le vote, Ousmane Sane sous-préfet de Simbandin Brassou avance « nous venons de procéder a l’élection des adjoints au maire suite au recours de la cour d’appel de Ziguinchor demandant le respect de la parité (arrêté numéro 31 du 30 mars 2022). Ainsi, nous avons constaté que le vote s’est bien déroulé dans le calme. »

 

Dans cette même lancée revient le maire de Niagha qui souligne que leur commune est dans le lot des 71 collectivités territoriales devant revoir leur vote. Selon lui leur commune n’était pas dans l’intention de « bafouer » la loi mais qu’il n’y avait pas d’adjointe capable de « lire et écrire » comme le recommandent les textes. A ce titre, il précise « aujourd’hui, on l’a accepté en l’appliquant dans la douceur dans une atmosphère paisible… »

 

Ainsi à l’issue du vote, Khadidiatou Kandé a été élue première adjointe au maire avec 32 voix, puis Younoussa Mballo élu deuxième adjoint et Mariama Baldé troisième adjointe avec la présence des 46 conseillers municipaux.

Dimanche 25 Février 2024
Madou Diallo



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :