Hommage au Général : Mamadou Niang, le parcours d'un militaire à la vision particulière du militantisme politico-diplomatique.


Le peuple sénégalais n'est pas resté insensible à la disparition de celui qui n'a eu de cesse de le servir tout au long de sa vie et au gré de ses fonctions et responsabilités. Cet officier général sénégalais né en 1938 au Nord du Sénégal, précisément à Podor, a exercé entre autres, les fonctions de ministre de l’Intérieur de la République du Sénégal. 

Concernant sa formation, le général Mamadou Niang a été instituteur à Gaol ( un village situé dans le Fouta Tooro) de 1960 à 1962 avant de se mettre à la disposition du chef d’état-major général des armées, Jean Alfred Diallo de 1963 à 1965. Dans la région de Sédhiou, précisément à Balantacounda, le Général Niang 1972 à 1974, il y est Commandant de secteur. 

L'ancien ministre de l'Intérieur a également eu une carrière très riche au sein de  l'armée sénégalaise. À partir de 1980, il devient commandant du second contingent sénégalais au Liban. Un poste qu'il occupera jusqu'en 1982. Il sera également aux Commandes de la zone de défense n°2 en Gambie. 

Après son passage comme chef des opérations à l’État-major des armées de 1988 à 1990, le général Niang a suscité l'intérêt chez l'ancien président Abdou Diouf qui fera appel à lui pour la gestion de la situation tendue en Casamance. C'est ainsi qu'il est nommé par le président Abdou Diouf à la tête de la Commission nationale de gestion de la paix en Casamance de 1991 à 1992, Adjoint au sous-chef d’État-major général des armées. De 1992 à 1993, il est Directeur de la Documentation et de la Sécurité Extérieure (Sénégal). Il faudra également rappeler, qu'au vu de sa posture de neutralité, il parvient à occuper l’Observatoire national des élections (Onel) de 1997 à 1998 avant d'enrichir son Cv en devenant Ambassadeur auprès de la Guinée-Bissau entre mai 1999 et mars 2000.

Le général Mamadou Niang était quelqu'un de très attaché aux principes de la république et à la coexistence entre les hommes. Il le manifestera dans un entretien qu'il avait accordé au Quotidien et où il a eu clairement à exprimer sa position sur ce qu'il considère comme la quintessence d'une nation. "Il faut un esprit de justice, une juste répartition des richesses, mais aussi, que chaque Sénégalais se retrouve dans la solidarité nationale. Un pays où personne ne sera laissé-pour-compte. Dans le monde où nous vivons et ses difficultés, aucun peuple, aussi grand qu’il soit, ne peut aller tout seul, à fortiori un petit pays comme le nôtre. Donc, notre avenir est dans l’union, la coexistence et la coopération", soulignait ainsi le regretté Mamadou Niang qui avait une vision associative et collaborative de la chose publique.

Soucieux de l'apaisement du climat social, le général Niang a toujours pensé que notre pays regorge de ressources humaines compétentes qui peuvent effectivement faire bouger les choses. "Les Sénégalais doivent savoir que nous appartenons à un même Peuple qui est notre patrimoine commun, notre pirogue commune. Chacun doit y mettre du sien pour maintenir cette pirogue à flot pour que jamais, elle ne sombre",  conseillait le regretté militaire.

Sur le plan politico-diplomatique, le général Mamadou Niang a été nommé ministre en avril 2000, dans le gouvernement de Moustapha Niasse qui avait été choisi par le président Abdoulaye Wade fraichement élu. À ce poste, le général Niang aura fortement contribué à l'amélioration de la mobilité et des conditions de travail des forces de police. Il a remplacé à ce poste le Général Lamine Cissé.

C'est en septembre 2003, que le Général de Division Mamadou Niang est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de son Excellence Monsieur Luiz Inácio Lula da Silva, Président de la République fédérale du Brésil.

Il remplace à ce poste César Coly, appelé à d’autres fonctions. 

En janvier 2004, le Général de division Mamadou Niang est nommé Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de sa Majesté Élisabeth II, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, en remplacement de Monsieur El Hadj Amadou Niang.

Le général Mamadou Niang rendra à sa nation un dernier service en présidant à partir de mai 2019, les travaux de la commission politique du Dialogue national, notamment chargée des concertations sur le processus électoral.
Mercredi 30 Décembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :