Guinée: divisions dans la presse face aux mesures restrictives de la junte


Les organisations de la presse privée de Guinée se sont divisées dimanche autour d'un appel à une journée morte pour lundi, lancé après une série de mesures de restriction prises par la junte au pouvoir.

Le Syndicat des professionnels de la presse de Guinée (SPPG) a indiqué dimanche sur les réseaux sociaux qu'il appelait à une "journée sans presse" lundi. Il dit la profession "menacée d'extinction".

Les écrans de télévision et les sites d'information afficheront le message "presse en danger" et les radios resteront muettes, a-t-il précisé.

Différentes associations de presse ont cependant appelé dimanche à surseoir aux actions comme les journées mortes, dont elles avaient soutenu le principe au cours de la semaine écoulée, indique un communiqué publié par le site GuinéeNews.

Elles disent entamer "immédiatement" des discussions avec les autorités et vouloir "donner toutes les chances au dialogue" avec elles.

La Haute autorité de la communication (HAC), gendarme du secteur, a demandé samedi au fournisseur Canal+ de retirer de son offre jusqu'à nouvel ordre Espace FM, Espace TV, Evasion FM et Evasion TV, chaînes de radio-télévision très suivies, indique un courrier officiel de la HAC consulté par l'AFP.

Ces médias étaient inaccessibles dimanche sur Canal+, a rapporté un correspondant de l'AFP.

Les autorités avaient déjà pris de semblables dispositions le 6 décembre à l'encontre de Djoma radio et télévision.

A chaque fois, le courrier de la HAC invoque des raisons de "sécurité nationale", sans autre précision.

Dans un message reproduit par la presse en ligne, le porte-parole du gouvernement a assuré samedi que les mesures ne visaient "en aucun cas à museler la presse, mais représentent plutôt une réponse immédiate face à des pratiques telles que l’apologie de la haine communautaire, l’accentuation des tensions sociales et politiques, et la propagation de discours de division".

Ces mesures sont les dernières en date prises à l'encontre des médias. De précédentes avaient déjà suscité des protestations de la presse et de la société civile.

En octobre, les forces de sécurité ont interpellé une douzaine de journalistes et dispersé à l'aide de gaz lacrymogène leur manifestation pour le déblocage du site d'information Guinée Matin, également très suivi. Des poursuites ont été engagées contre eux.

Les ondes de la radio FIM FM ont été brouillées.

Mercredi dernier, dans un communiqué, le SPPG et diverses associations de presse ont déclaré "ennemis de la presse" plusieurs personnalités du gouvernement dominé par les militaires qui ont pris le pouvoir par la force en septembre 2021.

Parmi ces personnalités figurent le Premier ministre, Bernard Goumou, et le porte-parole du gouvernement et ministre des Télécommunications, Ousmane Gaoual Diallo.
Dimanche 10 Décembre 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :