Escroquerie : F. Diagne ourdit un plan avec son mari qui se faisait passer pour un Colonel de la douane pour extorquer 20 millions à la partie civile.


Souleymane Soumaré, Bakary Sarr et Fatou Diagne ont fait face ce mardi 03 janvier 2022 au juge du tribunal des flagrants délits de Dakar pour répondre des faits d'escroquerie pour un montant de 20 millions au préjudice de Babacar Guèye. Moins chanceuse, la dame Fatou Diagne a été condamnée à trois ans de prison ferme.

Il ressort des débats d'audience que Fatou Diagne se faisait passer pour une importatrice de véhicules à vendre. C'est dans ces circonstances qu’elle a fait la connaissance de Babacar Guèye. Ce dernier lui ayant fait part de son désir d'acheter deux véhicules de marque Peugeot 308 et 406. Profitant de l’occasion, la dame lui a déclaré avoir une commande de véhicules en cours d'acheminement au port autonome de Dakar, dans laquelle elle comptait satisfaire sa demande. Pour gagner sa confiance, Fatou Diagne a impliqué Bacary Sarr et Souleymane Soumaré, son mari. Elle a demandé à la première personne citée de se faire passer pour Me Kounta et le second pour un colonel de la douane. Elle a ainsi réussi à soutirer au plaignant la somme de 20 millions de nos francs.

Devant le prétoire, la partie civile est revenue sur sa mésaventure. D’après lui, Fatou Diagne lui a vanté ses mérites dans l'importation de véhicules. À l’en croire, il lui a même indiqué son parking à Thiès. Convaincu, il a déclaré avoir passé une commande de deux véhicules de marque Peugeot 308 et 406. Et qu'il sera servi dans le prochain arrivage de véhicules. « Depuis lors, elle n'a cessé de me demander des avances d’argent pour me gruger. Elle disait être tout le temps dans des difficultés. Soit sa fille était malade ou elle était dans des difficultés financières. C'est ainsi que je lui ai envoyé la somme de 114.000 FCfa pour les besoins de l'enfant. Je lui ai encore versé un montant de 4 millions pour les besoins des taxes qu'elle devait payer pour les véhicules bloqués au niveau du Port Autonome de Dakar. Tantôt, elle me dit que son troisième garçon était gravement malade et qu'il devait subir une intervention chirurgicale. Par la suite, je lui ai envoyé 300 000 francs Cfa avant qu'elle ne me déclare que l'enfant était finalement décédé. En outre, elle m'a sollicité sur de nombreux prêts jusqu'à environ 9 millions de nos francs dont elle n'a jamais remboursé", a conté Babacar  Guèye. 

Interrogée à son tour, la prévenue Fatou Diagne a reconnu les faits avant de tout endosser. "Je ne connais pas exactement la somme. Mais cela tourne autour de 10 millions de francs Cfa. Je suis la seule personne qui a incarné tous ses personnages féminins. Et concernant le soit disant agent de la DIC, j'avais demandé à mon fils aîné de jouer le rôle. D'ailleurs, depuis lors, il ne me parle plus. C'est moi qui ai distribué les rôles", a-t-elle expliqué.

Son acolyte, Bacary Sarr, transitaire de son état, a conforté ses dires. «  Fatou m'a demandé de me faire passer pour Me Kounta. Elle m'a dit qu’un certain Babacar est son bienfaiteur qui lui donne souvent de l'argent. Par la suite, le plaignant m'a envoyé 200.000 francs et elle m’en a offert les 50.000 FCfa. « Je me suis fait passer pour un assistant juridique. C'est la première fois que j’agissais ,ainsi. Je suis un connaisseur dans ce domaine, mais elle m'a dit que c'est Me Kounta qui doit gérer son héritage. Mieux, elle m’a même fait croire que son mari est mort et qu’il lui a légué de l'héritage et que c'est Me Kounta qui doit régler son problème », a-t-il renseigné.

Souleymane Soumaré dira que c’est sa femme qui l’a convaincu de se faire passer pour un agent de la douane. « Nous avons fait 20 ans de mariage. Elle m'a donné un numéro pour me dire de me faire passer pour un colonel. À un moment, elle m’a dit Guèye lui faisait la cour. Je l'ai sommé plusieurs fois d'arrêter. Elle m’a utilisé, moi son mari,  comme un pion.

La partie civile demande 30 millions de francs CFA pour la réparation du préjudice.

De l’avis du parquet, la matérialité des faits est établie. « La prévenue a mêlé toute sa famille dans cette entreprise délictuelle », estime le parquetier qui a requis  trois ans ferme contre tous. La Défense a plaidé une application bienveillante de la loi pénale.

Finalement, le tribunal après en avoir délibéré conformément à la loi a déclaré les prévenus coupables avant de condamner à 3 ans de prison ferme, Fatou Diagne et ses acolytes de 2 ans contre son mari Souleymane Soumaré et 2 ans dont 3 mois ferme contre Bacary Sarr.  
Mercredi 4 Janvier 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :