Endettement : « Le Sénégal fait partie des pays aux taux modérés… » ( ministre des finances et du budget)


 

Le ministre des finances et du budget, Mamadou Moustapha Bâ, fait face actuellement aux députés pour l’examen du budget de son département pour l’année 2023-2024. Entre autres questions évoquées, la fiscalité, la mobilisation des ressources et la fiscalité qui a particulièrement retenu l’attention dans le rapport soumis aux parlementaires. Face aux commissions des finances et du contrôle budgétaire, le ministre avait indiqué, concernant la dette, que « le Sénégal, suivant le dernier rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), publié le 12 avril 2023, fait partie des pays à risque de surendettement modéré. » Le ministre revient sur les seuils du Sénégal estimant que « la valeur actuelle nette de la dette extérieure rapportée au PIB est à 55% et le Sénégal était à 46% en 2022 et 45% en 2023. Pour la valeur actualisée de la dette extérieure par rapport aux exportations, le Sénégal est à 187% en 2022 et 191% en 2023 alors que le seuil est de 240% ». 

Quant au dernier indicateur, notamment le service de la dette, le ministre a précisé qu'il s'agissait de l'indicateur à surveiller. « Ce taux de liquidité de la dette, c'est le service de la dette sur l'année rapporté aux recettes. C’est un taux qui ne doit pas dépasser 23%. Ainsi, il rappelle que « le Sénégal était à 9,8% en 2022 et à 16% en 2023 ». 

Relativement à la rationalisation des dépenses, Mamadou Moustapha Bâ a rappelé qu'il y avait des indicateurs qui permettent de mesurer « si le pays vit en fonction de ses moyens ». Il s'agit, en effet des dépenses de fonctionnement rapportées au PIB. Ce taux qui était de 12% est maintenant, selon le ministre, de 8,78%. Ce qui atteste, dira t-il de la baisse du train de vie de l’État.

Jeudi 30 Novembre 2023
Cheikh S. FALL



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :