Éducation / Les inspecteurs suspendent leur mots d'ordre de grève : Mamadou Talla tient sa 1ere victoire.


Le BEN du SIENS réuni en session ordinaire le samedi 14 septembre 2019 en présence des
secrétaires généraux de sections, a procédé à une évaluation de la conjoncture du système éducatif ainsi que de l'évolution de la lutte engagée depuis mai 2018, et dégagé des perspectives d'actions.

En ce qui concerne la conjoncture du système éducatif, il est ressorti des analyses que des efforts sont certes réalisés pour le développement du secteur, mais que les contraintes et contre-performances restent lourdes et alarmantes. 
En effet, tant du point de vue des agrégats évaluant l'accès et la qualité que les performances au niveau des différentes évaluations certificatives, les indicateurs traduisent une inefficacité et une inefficience qui interpellent tous les acteurs. Cette situation est concomitante à un malaise profond des agents du secteur qui sont très sensibles aux sirènes des autres secteurs d'activité plus attractifs du point de vue des conditions de travail comme de la rémunération. 
Un tel état de fait pose de manière forte la question de la valorisation des différents agents intégrant celle des lenteurs administratives et des iniquités persistantes relevées dans le système de rémunération aggravées par une politique fiscale qui précarise et appauvrit. 
Ceci paradoxalement dans un contexte marqué par une volonté politique de faire du secteur de l'éducation et de la formation le creuset de la production et de la consolidation du capital humain et en contradiction avec la recommandation de l'UNESCO d’œuvrer à « attirer et maintenir les meilleurs profils dans l'éducation et la formation », notamment par la mise en place d'un système de rémunération motivant. 
Du point de vue social, les membres des corps de contrôle sont plongés depuis mai 2018 dans un cycle de perturbations motivées par une réponse inappropriée à des attentes relevant de catégories financière, réglementaire, opérationnelle et de carrière. Cette situation d'instabilité impacte négativement la motivation des agents et le niveau des prestations au détriment de l'efficacité attendue. 

Cependant, au niveau sectoriel, le changement intervenu dans le style de management et les méthodes d'action, laisse espérer un renouvellement des pratiques et un renforcement des acquis, pour la mise en place des conditions d'une meilleure gouvernance, d'une plus grande stabilité et l'approfondissement des réformes initiées. Cet état d'esprit a rendu possible des discussions franches, ouvertes et fécondes, autour des différentes catégories structurant le malaise des inspecteurs de l'enseignement.

Tenant compte de cette conjoncture nouvelle et particulière," le BEN du SIENS :
*Encourage le MEN à poursuivre les efforts initiés et lui souhaite beaucoup de réussite dans cette entreprise ;
* Exprime la disponibilité du SIENS à œuvrer dans le cadre d'un partenariat sincère au développement du système d'éducation et de formation, qui ne saurait passer outre une prise en charge pertinente des préoccupations des membres des corps de contrôle ;

* Invite le MEN à la mise en place d'un dispositif de monitoring sectoriel pour une mise en œuvre rigoureuse et conforme des engagements pris et à endosser les préoccupations en dehors de ses attributions pour leur prise en charge efficace par le gouvernement ;

* Souhaite une exploitation à bon escient des réflexions remises par le SIENS au Ministère de l'éducation sous forme de contributions relatives à l’amélioration du dispositif des appels à candidature, à la situation des CRFPE, aux examens professionnels, à l’amélioration du système de recrutement et de formation des enseignants notamment ;

* Appelle le gouvernement à diligenter la reprise des séances de monitoring pour une évaluation précise du niveau de réalisation des engagements et apporter le cas échéant les correctifs qui sied ;

* Suspend le mot d'ordre de grève initiée depuis mai 2018 et félicite les camarades qui ont rigoureusement « gardé la ligne » malgré les vicissitudes de la lutte syndicale ; tout en leur demandant de rester vigilants sur le respect des engagements et les convie à une systématique et rigoureuse activité de réflexion sur les fondamentaux de notre système d'école publique aujourd'hui objet de forts enjeux et fragilisé par des dynamiques contradictoires qui, insidieusement sapent les fondements de notre « commun vouloir vivre ensemble »."
Lundi 16 Septembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :