Conclusions à l’issue de l’ouverture du dialogue : Deux commissions déclinées, les travaux se poursuivent ce mardi… »


Le chef de l’Etat clôturant l’ouverture du dialogue national, à fait un rappel sur l’essence des échanges autour de la tenue de l’élection présidentielle. Après avoir écouté tous les intervenants, le chef de l’Etat a insisté sur sa volonté de sauvegarder la paix et la stabilité même s’il ne lui reste, signifiera-t-il, plus que quelques jours à la tête du pays. Macky Sall opte pour la stratégie, sans langue de bois : « vous avez sûrement remarqué ces grands médias internationaux qui ont envoyé leur correspondant, pensant que notre pays allez être à feu et à sang. Plusieurs d’entre eux ont plié bagages. Et le reste fera de même car, ce pays sera protégé. Le Sénégal d’aujourd’hui est différent de celui d’il y’a des décennies. Vous pouvez donc comprendre notre attitude face à ces richesses » considère le chef de l’exécutif fulminant fermement que « le pays ne brûlera pas ». 



Pour ce qui est de l’organisation de l’élection, le chef de l’Etat dira qu’une commission dirigée par le ministre de l’intérieur et le directeur général des élections sera mise en place. Des acteurs auront à intégrer selon leur convenance. Cette commission aura à étudier les facteurs électoraux. La vrai équation, selon le Président Macky Sall, « c’est de tenir compte des préoccupations des uns et des autres pour aboutir à une décision à la portée de tous. 



L’autre commission aura comme mission de voir les dispositions de la Constitution, car, dira-t-il, « la lecture n’est pas la même chez les acteurs ». Mais si il y’a divergence, le dernier mot reviendra au Conseil constitutionnel. La commission sera dirigée par le ministre Ismaïla Madior Fall au nom du ministre de la justice. Le président Macky Sall regrette dans la même perspective: « il y’a trop de surenchère politique, qui n’est basé sur absolument rien. Si les gens sont raisonnables, nous allons trouver des consensus. Sinon, je vais demander au Conseil constitutionnel de trouver mon remplaçant » précise le chef de l’Etat. 



Terminant sur la question de l’amnistie, le Président Macky Sall appelle à faire preuve de dépassement et engage les députés et tous les autres acteurs à accompagner ce projet de loi. « C’est ma responsabilité et je l’assume pleinement » persiste-t-il. Il rappelle que ce projet de loi sera soumis ce mercredi en conseil des ministres, au gouvernement du Sénégal.
Mardi 27 Février 2024
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :