Autoroute à péage : les populations de Sangalkam et Bambilor souffrent le martyre et exigent des bretelles à la sortie


Pour comprendre les populations de Sangalkam et de Bambilor, il faut quitter AIBD et vouloir se rendre dans leurs localités. Il faut obligatoirement dépasser la sortie 10, aller jusqu’à la SEDIMA,  payer 400 frs à la sortie 9, retourner sur ses pneus et payer encore 400 f pour enfin avoir accès à l’entrée de Sangalkam. C’est cette même gymnastique qu’il faut faire pour quitter Sangalkam et se rendre à AIBD et au-delà. Voilà qui justifie en partie l’embouteillage monstre qui existe tous les jours à la sortie 09 de l’autoroute. Selon toute évidence, cette sortie de l’autoroute est sur utilisée, parce qu’étant la seule voie de sortie, venant de l’AIBD, de Thiès et ou de Mbour, par les usagers de Rufisque, Sangalkam, Bambilor, Keur Massar et Tivaoune Peulh. Un véritable calvaire pour les usagers, surtout aux heures de descente. Il faut dire que c’est cette même situation que vivent les populations de Keur Massar au niveau de la sortie 08. Ces dernières font la même gymnastique pour se rendre à AIBD.

Des associations portent le combat !
 
Dans une correspondance en date du 11 novembre 2021, adressée à la direction générale de Eiffage, l’Association des Riverains des cités AKYS ont demandé l’ouverture de bretelles (entrée vers Diamniadio et sortie venant de Diamniadio). Dans ladite correspondance, les populations rappellent à Eiffage « que l’espace existe »

Prévus durant le second semestre 2022 pour une durée de 18 mois, les travaux n'ont toujours pas démarré. 

En réponse à la correspondance de l’Association des Riverains des cités AKYS, la SECAA confirme qu’il était prévu à l’origine dans les Contrats de Concession (donc depuis 2009) les travaux de complétude des deux autres bretelles pour parachever le diffuseur sous la forme d’un losange complet. C’est d’ailleurs pour cette raison, selon SECCA, « que les emprises nécessaires à leur réalisation avaient été libérées lors de la phase initiale de construction. La réalisation différée de ces travaux complémentaires était contractuellement assujettie aux résultats d’études de trafic (y compris socio-économique) à réaliser en 2020 et 2027 ou au plus tard 02 ans avant la fin de la Concession. » Toujours selon la société d’exploitation, « ladite étude a été réalisée par le Concessionnaire et les conditions préalables à la réalisation de ces travaux ont été levées. » Ainsi en accord avec l’État du Sénégal, cet investissement devait être réalisé par la SECAA et les travaux devaient démarrer, « sauf cas de force majeure, durant le second semestre 2022 pour une durée de 18 mois », informe t-elle.
Cependant, les travaux n’ont toujours pas démarré alors que le nouveau DG de l’Apix, A. Baldé, en avait annoncé le démarrage imminent.

L’APIX semble avoir d’autres priorités !

Pour le désenclavement des populations de Sangalkam, Bambilor, Keur Massar et Tivaouane Peulh, l’APIX prévoit à Rufisque, de passer à deux fois 8 voies « pour qu’il y ait moins de retard et moins de temps au niveau de la gare. Il y aura aussi sur ces deux fois 8 voies, deux voies sans arrêt. Nous allons aussi moderniser le dispositif de gestion des barrières avec la détection de la carte Rapido. » Seulement, les populations de Sangalkam et autres souhaitent elles, avoir une sortie les menant directement chez elles...
 
 
Lundi 23 Janvier 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :