Après 40 jours de détention d’Adama Gaye, les soutiens du journaliste exigent sa libération

Regroupés autour du collectif "Free Adama Gaye" ou liberté totale pour Adama Gaye, le cercle des amis du journaliste - consultant, dont un certain Guy Marius Sagna, activiste, membre du Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine (FRAPP), continuent leur plan d'action pour inciter les autorités à purement et simplement relaxer le mis en cause (arrêté le 29 juillet 2019.) Pour ce faire, une conférence de presse conjointe a été tenue ce jeudi 12 septembre dans les locaux d'Amnesty international. Ainsi le coordonnateur du FRAPP, Ousmane Wade était présent en compagnie de Felix Mboup, le coordonnateur du cercle des « Amis d’Adama Gaye » entre autres membre des deux collectifs. Une manière de continuer de mettre la pression sur les autorités étatiques, mais aussi de revenir sur les derniers faits relatifs à ce dossier qu’ils qualifient de politique.


Dans ses propos liminaires, Felix Mboup de déplorer les conditions de détention de leur camarade Adama Gaye après 40 jours de détention à Rebeuss (Chambre N1) Il précisera d’ailleurs que Mr Gaye avait bel et bien entamé une grève de la faim, en guise de protestation avant d’y mettre avant d’y mettre un terme suite à l’intervention d’autorités religieuses : « Depuis plus de 40 jours, le journaliste – consultant, Adama Gaye croupit à Rebeuss, où comme vous le savez, les conditions de détentions et d ’existence sont épouvantables. Malgré les demandes de libération provisoire introduites par ses avocats, l’État Sénégalais s’entête à maintenir Adama Gaye en prison. C’est conscient de la volonté manifeste de l’Etat de le priver de sa liberté que Adama s’est engagé dans une grève de la faim à laquelle il a mis fin à la suite de l’intervention de personnalités et de ses avocats. » Une déclaration qui vient entacher le communiqué des autoritaires pénitentiaires qui s’étaient précipitées de déclarer que le prévenu s’alimentait bel bien.  

 

Continuant de crier haut et fort que leur camarade a été injustement privé de sa liberté à cause d’un article 80 obsolète et infamant dans une démocratie, le coordonnateur du cercle des amis de Adama Gaye (CAAG), d’invoquer la question des Hydrocarbures (Pétrole, Gaz…) dont Adama Gaye, expert en la matière, a eu le seul tort de dénoncer certains manquements et agissement douteux de la part des autorités. « Si Adama Gaye est arrêté aujourd’hui dans ce pays de non droit c’est parce qu’il est un lanceur d’alertes, c’est un fin connaisseur des hydrocarbures. Sachez que nos ressources minières sont dilapidées et accaparées par un régime clanique. Les contrats signes ne sont pas conformes à l’éthique, les contrats signés ne sont conformes à la transparence. » À l’en croire le journaliste – Consultant n’aurait eu que le tort de défendre les intérêts communs face à un régime de « pillards.»

 

Par ailleurs Felix Mboup, portant la parole du journaliste détenu, affirmera avec fermeté qu’il n’est pas question pour Mr Gaye de présenter des excuses publiques tel qu’exigé par la partie adverse ces derniers temps. En outre, tout compromis, reste inenvisageable malgré sa santé fragilisée, renchérit-il : « Nous informons l’opinion nationale et internationale de l’état de santé fragile du détenu et de son refus de verser dans toute forme de compromissions »

À préciser que Adama Gaye qui est un proche de la famille religieuse du Khalife des mourides, a récemment reçu la visite de Serigne Kosso Mbacké, fils de l’actuel Khalife de Touba, Serigne Mountakha Mbacké. Peut-être les prémices d’un début de solution avec une probable médiation de « Touba. »

Jeudi 12 Septembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :