Affaire Coline Fay : Le Quai d'Orsay s’en mêle et évoque la protection consulaire


Interpellée le 17 novembre dernier devant la Cour suprême, Coline Fay, une jeune ressortissante française, a été inculpée et placée sous mandat de dépôt par le juge du deuxième cabinet pour actes de nature à compromettre la sécurité publique, complot contre l'autorité de l'État et séjour irrégulier au Sénégal. 

Alors que Juan Branco, l'avocat français d'Ousmane Sonko, accuse l'Elysée d'avoir «laissé faire », le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères a réagi hier, informe le journal Libération. « Les services du ministère de l'Europe et des affaires étrangères, à Dakar et à Paris, suivent avec attention la situation de Mme Coline Fay, en lien avec sa famille », a indiqué le Quai d'Orsay repris par Libé. « Comme tous les ressortissants français arrêtés à l'étranger qui en font la demande, elle bénéficie de la protection consulaire. À ce titre, une visite consulaire lui a été rendue récemment, afin de s'assurer de ses conditions de détention, de son état de santé et du respect de ses droits à la défense », renseigne le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères. 

Une sortie qui a fait revenir à la charge Juan Branco. « Coline, Fay, 26 ans, est en grève de la faim depuis dix jours et encourt la perpétuité. Son crime ? Avoir manifesté. Que fait le gouvernement français, qui loue la démocratie et l'exemplarité du dirigeant qui l'a emprisonnée ? (...) Pas un mot pour dénoncer. Pour exiger qu'elle soit libérée. Pas un geste qui pourrait gêner le nouvel employé de l'Elysée. Acceptera-t-on que l'on s'assoie ainsi sur le sort d'une citoyenne française et sa liberté? », s'est indigné Juan Branco.

Mouhamadou Moustapha GAYE
Mardi 28 Novembre 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :