8 MARS À TOUBA - Les femmes entre grogne et besoin de formation


8 MARS À TOUBA - Les femmes entre grogne et besoin de formation
À Touba, toutes les femmes ne sont pas contentes. Celles qui  estiment que leurs conditions de vie sont exécrables n'ont pas manqué de le dire. Massées autour de  ''And Suxali Sénégal '' de Serigne Fallou Mbacké, certaines d'entre ces femmes ont dénoncé l'oubli dont elles font l'objet des part des gouvernants. Selon Adja Amy Tine '' l'autonomisation des femmes n'est qu'un slogan de plus. ''

La responsable politique de poursuivre : "  les femmes sont persécutées, bâillonnées, utilisées et oubliées. Elles ne travaillent pas par défaut de formation et par manque de financement.  Nous souffrons de tous les maux. La vie est chère. En plus de tout cela, il y a cette insécurité galopante qui met de manière permanente nos familles en danger. ''

Pendant qu'à Darou Khoudoss non loin de la station d'essence, les femmes faisaient la grogne, à Beyti, c'était plutôt une cérémonie de remise de matériel permettant de fabriquer la bouillie de mil ou '' fondé ''. Selon  Madame Guèye Bineta Coly, chargée du développement du commerce au niveau du projet Usda/Pisa , il s'agira d'implanter 4 cantines dites '' cantines sunu fondé. '' Cette initiative permettra de créer, dit-elle,  des emplois.  '' Nous voulions démarrer un processus de labellisation de ses cantines. Celle-ci doit commencer par le cadre. Il y a également tout le petit matériel. Nous leur avons donné des formations en technique culinaire du ' fondé ' . Une initiative hautement saluée par Madame Sèye Djeynaba Samb, directrice du Centre de formation professionnelle de Touba. ''  Le projet vient à son heure. Il permettra aux femmes d'augmenter leur bien-être et de se développer économiquement '' a-t-elle notamment indiqué.
Vendredi 9 Mars 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :