Vente des actifs de Bolloré Africa Logistics (BAL) à MSC : Ou sont nos patrons, la CDC, le FONSIS et la BRVM


Vincent Bolloré, vestige du capitalisme néocolonial et emblème de la  « Françafrique », avait entamé son aventure  dans la logistique africaine – ports et lignes ferroviaire pour fret -  au milieu des années 1970 avec une petite holding familiale sous capitalisée qui profita de la vague des privatisations des années 1990 imposés par la Banque Mondiale pour asseoir un monopole de fait sur 42 ports en Afrique à travers 16 terminaux à conteneurs.
 
Les ports de DAKAR, d’Abidjan, de Conakry, de Douala dans  le pré- carré français furent parmi les plus rentables sur les 74 agences maritimes du groupe Bolloré  présentes sur plus de 32 pays en Afrique.  Il fut l’entrepreneur français qui a le plus réussi en Afrique, ayant bâti sa fortune de plus de 500 milliards de Fcfa  à travers les concessions portuaires et logistiques sur le continent.
Confronté à des investissements coûteux et à la concurrence chinoise et émirati  sans compter le peu d’attachement de ses héritiers pour l’Afrique. Vincent Bolloré a cédé tous ses actifs  portuaires et ferroviaires à  l'armateur italo-suisse MSC.
Bien sur  le magnat septuagénaire,   empêtré  dans un sordide scandale de corruption - ici en Afrique –  a négocié ce virage financièrement très  rentable  pour se recentrer sur les médias et la communication afin de laisser les rênes de sa holding  à son fils et successeur Cyrile. 
 
Maersk, CMA CGM, MSC, DPW, HAPAG LLOYD sont les armateurs d’envergure mondiale qui détiennent  le monopole absolu sur les toutes les  chaînes d’approvisionnement – terre, air, mer – et consolident leurs parts de marché en multipliant les acquisitions dans les activités connexes pour diversifier leurs portefeuilles grâce aux bénéfices records générés  par le transport maritime florissant et l’exploitation de concessions portuaires ultra rentables.
L’Afrique malgré ses ambitions d’intégration et de facilitation du commerce intra-africain,  utilise encore la flotte et la logistique des  armateurs européens et asiatiques  pour ses opérations d’import et d’export, de logistique et transport pour les matières premières, les denrées  et produits finis.
L’opportunité de faire reprendre par un groupe africain authentique ou un fond d’investissement africain des activités de Bolloré était ainsi une opportunité  que le continent ne pouvait pas rater pour sécuriser les chaînes d’approvisionnement dans un contexte d’insécurité alimentaire et d’augmentation incontrôlée des coûts de  fret avec des opérateurs maritimes  qui nous imposent  leurs tarifs.
Au Sénégal, il est inadmissible que BOLLORÉ soit permis de céder ses activités à un armateur autre qu’un groupe sénégalais ou africain.  Il fallait impérativement mettre à profit son désinvestissement  sur le continent  pour asseoir les bases  d’une industrie locale ou même dans la logistique portuaire et le fret,  riche en emplois dans un pays ou un continent minés par le chômage des jeunes.
Pendant que la Caisse des dépôts et consignations du SÉNÉGAL englouti 30 à 40 milliards sur des immeubles ou sur l’acquisition de foncier de l’ex aéroport de Yoff  sans aucune rentabilité assurée  ni emplois crées, un investissement sur la concession portuaire aurait permis de créer emplois, de consolider le fret malien et de l’étendre avec le rail, et surtout de créer des millions de postes de travail pour la jeunesse au Sénégal. Hélas nos managers  au Sénégal  s’illustrent plus sur le terrain politique que sur le management efficace et efficient de leurs  boîtes.
 Le patronat privé  local , le Fonds Souverain d'Investissements Stratégiques (FONSIS), la Caisse des Dépôts et Consignations avaient avec le départ de Bolloré l’occasion de concevoir une ingénierie financière en levant des fonds à la bourse d’Abidjan grâce à leurs apports initiaux  pour reprendre les activités du concessionnaire au Sénégal et même dans le sous- région pour un tant soit peu de dignité et fierté dans une Afrique qui veut sortir des grippe de l’exploitation économique et financière de l’ancienne puissance coloniale, le port est un outil stratégique , un levier économique et un symbole de souveraineté.
Bollore  Africa  Logistic  c’était 20 000 collaborateurs sur près de 250 agences réparties dans 46 pays avec  un chiffre d'affaires de 2,1 milliards d'euros  en 2020 : c’est le jackpot de MSC sur notre dos, bref sur le dos  de l’Afrique.
 
                                                                  Moustapha DIAKHATE
                                                                  Ex Cons. Spécial PM
                                                                  Expert et Cons. Infrastructure
 
Vendredi 23 Décembre 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :