Ndiaganiao : Mille arbres fruitiers offerts par Israël pour lutter contre les effets du réchauffement climatique.


Ndiaganiao, une commune de la région de Fatick a abrité la célébration de la Journée de lancement du projet d’espace vert. C’est le fruit d’un partenariat avec l’ambassade de l'État d'Israël et l’Agence nationale de l’aquaculture (Ana). À cette cérémonie de reboisement où il a été notée la présence de la directrice générale de l’Agence nationale de l’aquaculture, Mme Téning Sène, SE Ben Bourgel, ambassadeur d'Israël au Sénégal, a précisé que ces reboisements étaient une contribution de son pays dans la lutte contre les effets du réchauffement climatique.

‘’Aujourd'hui, les Nations redécouvrent le rôle essentiel de l'arbre dans la préservation de notre planète. La récente Conférence internationale des Nations Unies à Glasgow sur le changement climatique en est la preuve criante. Par la plantation d'arbres et par une politique de reboisement les Nations lutteront contre les effets du réchauffement climatique. C'est notamment dans ce but que mille arbres fruitiers seront bientôt plantés ici. D'autres le seront dans d'autres régions de votre beau pays’’, a annoncé le diplomate israélien.


Celui-ci de relever d’autres avantages que les populations pourraient tirer des retombées de cette campagne de reboisement  qu’il conduit à Ndiaganio. 

‘’Aujourd'hui, on a compris que l'association des cultures et des arbres, par l'Agroforesterie, par la permaculture, ne peut qu'être bénéfique à l'homme, à tous! Les arbres fruitiers qui seront plantés sur cette terre sérère créeront bientôt un micro climat, protecteur en donnant une ombre et une humidité bienfaisante pendant la saison sèche, en protégeant les cultures du vent, du sable, des animaux, régénéreront les sols, absorberont des tonnes de carbone. Les manguiers, citronniers, papayers et autres essences qui, dans un avenir que je souhaite proche, couvriront ces terres, contribueront au développement économique local et limiteront l'exode rural, et donc au bien-être’’.

Souvent l'agriculture a été une des causes de la déforestation, surtout du fait de la monoculture qui provoque l'épuisement des sols, dira l’ambassadeur Ben Bourgel qui appelle l’implication de tous dans la prise en charge des plantes. ‘’Pour atteindre ces résultats, la participation de tous, élèves, enseignants, agriculteurs, population, est indispensable. Je ne doute pas que vous relèverez avec enthousiasme et conviction ce défi et que le pari que nous lançons aujourd'hui sera gagné’’.
Vendredi 26 Novembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :