Mbour : Le DGA de la Police pour une réglementation de la migration en période de pandémie Covid-19...


La mobilité humaine ainsi que les menaces à la sécurité telles que les attaques terroristes transfrontalières perpétrées par des groupes armés dans la région du Sahel, plus précisément au Burkina Faso, au Tchad, au Mali, en Mauritanie, au Niger et au Sénégal ont considérablement augmenté ces dernières années.

Par conséquent assurer la paix, la stabilité et la sécurité dans les zones frontalières est devenu l'un des plus grands défis. La propagation de la Covid-19 a déclenché la nécessité de la gestion sûre et adéquate des frontières afin de faciliter le mouvement légitime des personnes et des biens en contrôlant la propagation rapide du virus et d'autres maladies infectieuses.

À cet effet, si l'on se fie aux propos du directeur général adjoint de la police, Modou Diagne, "il est urgent de renforcer les capacités et les fonctions  des forces de défense et de sécurité engagées dans la sécurité des frontières..."

Cependant, selon Mamadou Ndom, chargé de programme à la Jica, l'objectif du projet est d'explorer des pistes et perspectives pour renforcer la paix et la stabilité dans la région du Sahel dans le domaine de la gestion des frontières et d'identifier les interventions efficaces entre les communautés et les autorités nationales engagées dans la gestion des frontières dans le contexte de la Covid-19...

La représentante de l'organisation internationale pour les migrations (Oim) de féliciter les autorités Sénégalaises. "En effet, la Police Nationale a bien voulu mettre à disposition certains de ses experts pour appuyer le volet formation en l'occurrence, l'élaboration de modules de formation et des sessions de renforcement de capacités destinées au personnel de la Police au Sénégal, au Niger et au Burkina Faso..."

Jeudi 16 Décembre 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :