Lansana Gagny Sakho sur le Cfa : « Un type comme Sonko, il joue sur la peur des Sénégalais. Ce garçon est un danger pour le pays »


Le directeur général de l’ONAS (Office national de l’assainissement du Sénégal), qui milite à Fass-Colobane-Gueule-tapée, a affiché son optimiste quant à « la réélection » du président Macky Sall.

« Sans nul doute, sur la base d’éléments factuels, on va largement passer au premier tour au soir du 24 février. On a abattu un travail qui rassure les Sénégalais », a déclaré M. Lansana Gagny Sakho, de la tribune de « Face à Dakaractu » ce mercredi.  Pour le leader du mouvement ADAS, aucun candidat de l’opposition n’est porteur d’un programme chiffré qui sert les intérêts du Sénégal. «Leur activisme est lié au pétrole découvert dans ce pays », ajoute-t-il.

M. Sakho, qui a fait la revue des réalisations de Macky Sall, a mis le curseur sur la question du chômage des jeunes pour dire que cela n’est pas une spécificité sénégalaise.

« Le Sénégal est capable de faire 250 000 emplois par an avec le dispositif mis en place par le chef de l’Etat. Le problème de l’emploi des jeunes est très crucial pour ce pays », fait-il remarquer.

 

 

Ainsi, il a offert en exemple le Domaine industriel de Diamniadio  où naissent des entreprises sénégalaises qui vont aller à l’assaut du vaste marché de l’UEMOA. C’est pourquoi il est contre toute sortie du F Cfa. Car, pense-t-il, il ne s’agit pas de se replier sur soi. « Y a pas aujourd’hui un investisseur sénégalais qui est capable de mobiliser cet argent », citera-t-il l’exemple de Dangote  qui a ouvert une usine au Sénégal.

C’est ainsi que M. Sakho va tenter de déconstruire le discours nationaliste du leader de Pastef en ces termes : « Il faut cesser de prendre les Sénégalais pour des demeurés. Un type comme Sonko, il joue sur la peur des Sénégalais. Ce garçon est un danger pour le pays. Les investisseurs privés étrangers ont peur, parce qu’on leur fait peur. Il dit qu’on d’on sortir du Cfa. De la Guinée au Congo, depuis les indépendances, y a aucun pays africain qui s’est développé avec une monnaie locale. On ne peut pas développer l’Afrique si on ne développe pas un commerce intra-africain. Or le Cfa facilite les échanges avec les autres pays qui nous entourent d‘autant plus qu’il  y a une compétition entre le Sénégal (30% du PIB) et la Côte d’Ivoire (40%) dans la zone UEMOA. Sonko n’a jamais travaillé ailleurs que dans un bureau avec sa secrétaire passant son temps à fiscaliser les entreprises.  Pour quelle raison les hauts fonctionnaires doivent-ils forcément sortir de l’ENAM ? Et les polytechniciens qu’est-ce qu’on a fait ? J’ai un problème avec la notion de haut fonctionnaire. On doit changer notre système de valeurs. Être major d’une promotion ne signifie absolument rien. Nous devons revoir le mode de fonctionnement de notre administration. Je ne jette des pierres à personne, y a des sortants de l’ENAM qui sont très compétents. Sonko n’a rien compris de comment marche l’économie internationale. Ce n’est pas en fermant les frontières qu’on va développer le Sénégal ».
Mercredi 20 Février 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :