LE MYTHE DU MYTHOMANE S’EST EFFONDRÉ !


Dans l’un de mes derniers posts, je rappelais la vérité générale qui consiste à dire : « Le mensonge te fait vivre une nuit, la vérité pour toujours ».

 

On était dans la nuit, quand vous, Ousmane Sonko, terrorisiez la République, nos chefs d’Etat au premier chef, qu’il prédestinait à la fusillade.

 

On était encore dans la nuit quand vous traitiez, l’insulte à la bouche, les honnêtes citoyens de voleurs et de fossoyeurs de la République.

 

Dans ce lot, vos collègues inspecteurs des impôts ont été les premiers servis.

Nous autres, vos collègues de l’institution parlementaire, ont aussi royalement eu notre part du gâteau avec vos fausses insinuations sur le non paiement de l’impôt par les députés.

Vos amis de l’opposition, devenus aujourd’hui vos ennemis jurés, font les frais de votre arrogance pour la bonne et simple raison qu’ils n’approuvent pas vos prises de position extrémistes sur la gouvernance du pays.

 

Malheureusement, vous aviez oublié une autre vérité implacable qui vous a rattrapé au moment où vous pensiez confortablement dormir sur vos deux oreilles.

 

Vous aviez oublié que : «  Quelle que soit la longueur de la nuit, l’aube finira par paraître ».

 

Ainsi, la nuit noire a cédé la place à l’aube, ensuite au jour dont les rayons solaires qui dardent font voir tous les mensonges cousus de fil blanc.

 

On était à l’aube lorsque notre ami, le Ministre du Développement communautaire, de l’Equité territoriale et sociale, Mansour Faye, révélait avoir reçu le leader de Pastef qui comptait sur lui pour pouvoir rencontrer le Président Macky Sall.

 

On croyait peut-être qu’il était encore dans les bras de Morphée et qu’il avait du mal, dans cette période charnière entre la nuit et le jour , à distinguer le rêve de la réalité.

 

Notre doute a été conforté par votre attitude caractérisée par votre assurance, votre arrogance, attitude normale, me direz-vous, d’une personne qui n’a rien à se reprocher. 

Vous avez, en effet, Monsieur Sonko, opposé à Mansour Faye un démenti catégorique, allant encore une fois jusqu’à le traiter de menteur.

 

Mieux encore, vous l’avez défié de décliner les circonstances de la rencontre en question et d’en citer éventuellement le ou les témoins. 

  

Une telle attitude ne pouvait que nous laisser dubitatif, tant vous avez tenté d’être convaincant et rassurant !

 

Votre bonne foi semblait incontestable au vu de vos déclarations.

 

Enfin le jour se leva dissipant nos doutes et incertitudes !

 

En effet, la diffusion, quelques jours après, du message vocal que vous aviez envoyé au témoin de cette audience dont vous contestez la réalité, a fait voir au goût du jour votre stratégie bâtie autour du scandale, de la délation à outrance, de l’intimidation, stratégie sordide qui vous permet d’exister dans l’espace politique. 

  

Au moment même où vous traitiez Mansour Faye de menteur, déclarant urbi et orbi que l’audience évoquée par ce dernier n’a jamais eu lieu, le défiant de dire où et quand cela s’était passé, insistant surtout pour qu’il cite un témoin des faits, c’est à ce même moment, sachant que les carottes étaient cuites pour vous, que vous avez tenté d’entrer en contact avec le témoin. 

  

Le message audio que vous lui avez laissé, faute d’avoir pu lui parler directement et pressé par le temps, est suffisamment révélateur du malaise qui vous pourchassait.

  

Vous cherchiez, à tous prix, que le témoin ne témoigne pas, ou à défaut, de produire un faux témoignage en votre faveur en lui suggérant dans le message de faire croire que c’est sur l’insistance de Mansour Faye que l’audience a eu lieu. 

  

Au même moment, sur les réseaux sociaux, vos affidés , conformément à leurs habitudes, s’en donnaient à cœur joie pour menacer et intimider l’accusateur de leur leader et le témoin à qui il fallait faire entrevoir ce qu’il encourait si jamais il s’aventurait à se démarquer de la direction que lui indiquait leur mentor menteur.

  

Mentir et imposer le silence à tous ceux qui pourraient vous contredire, vous confondre par des menaces et des insultes, voilà la méthode que vous avez toujours utilisée pour assouvir vos ambitions politiques.

Mais tenez le bien pour dit : « On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. », comme le disait si bien Abraham Lincoln.

 

Le ridicule ne tue pas !

 

Quel intérêt Mansour Faye avait-il à courir derrière une rencontre avec vous pour vous aider à tirer d’ennui un de vos proches et collègue poursuivi en justice pour des faits de détournement de deniers publics ?

Tout le monde connaît vos relations privilégiées avec ce dernier.

 

Mieux, certains ont toujours estimé que vous êtes l’un des grands bénéficiaires dans ce scandale foncier.

  

Qui vraiment avez intérêt à mettre en œuvre tout son potentiel d’influence et d’intimidation pour bloquer une procédure qui aurait pu vous nuire gravement. 

  

Heureusement que le témoin n’a pas cédé à vos menaces et intimidations.

Contrairement à vous qui avez troqué la vérité avec mensonge, accusé le véridique de menteur, lui, il a choisi de dire, malgré les intimitations et les menaces, la vérité, rien que la vérité et toute la vérité.

  

Il est midi ! Celui qui a toujours menti sans vergogne aux Sénégalais est ainsi démasqué !

Mentir c’est grave ! Mais quand c’est celui qui se prend pour le chantre du nationalisme et du défenseur invétéré de nos ressources qui en est l’auteur, cela peut l’être davantage !

La vérité c’est que simplement, vous avez cherché à protéger un prévaricateur et avez menti pour le nier.

 

Malheureusement pour vous et heureusement pour nous, le temps des mensonges, des injures, des insultes et des déclarations calomnieuses est révolu..

 

  

Ainsi s’ouvre une nouvelle page de l’histoire de Ousmane Sonko, l’homme qui pensait pouvoir conquérir le pouvoir par le mensonge, l’intimidation et l’insulte. 

 

 

Ibrahima Baba SALL

 

Député Maire de Bakel.

 

Mardi 13 Octobre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :