KOLDA / Fodé Camara (migrant de retour) : « J’ai décidé de revenir au bercail pour travailler... Il n’y a pas de honte à… »


Étant une région très frappée par le phénomène des migrations irrégulières, Kolda ne cesse de payer un lourd tribut. Beaucoup de jeunes sont morts dans le désert du Sahara et la mer méditerranée en tentant de rejoindre l’Europe. 

Aussi, pour inverser la tendance, Fodé Camara, un jeune du terroir  revenu d’Europe, tente de sensibiliser les jeunes sur les dangers de l'émigration irrégulière. 

Il raconte : « je suis parti en France en 2003 pour étudier l’anglais, mais j’ai décidé de revenir au bercail pour travailler. Et je ne me suis pas installé à Dakar, mais précisément chez moi à Kolda pour montrer aux jeunes qu’il est possible de réussir au Sénégal. Et aujourd’hui, je suis propriétaire d’un restaurant dénommé le « poul’art » qui emploie des jeunes. Et je tente tant bien que mal de décourager les potentiels candidats pour les migrations irrégulières en leur expliquant les dangers. » 

Dans la foulée, il ajoute : « c’est vrai que l’Europe a le confort, mais ce dernier a un coût. Et en ce sens, les jeunes doivent savoir que l’eldorado européen n’est plus ce qu’il était. Je pense que c’est à nous de développer l’Afrique, voire le Sénégal. Et je suis meurtri de voir des jeunes mourir en mer ou dans le désert du Sahara. L’argent que l’on investit pour le voyage pourrait nous aider à réussir ici. Il faut que nous sachions que la réussite n’est pas seulement aller en Europe. » 

Aujourd’hui, la région de Kolda compte de nombreuses ONG qui s’activent contre les migrations irrégulières. Mais certaines voix ou exemples doivent être mis à contribution pour décourager les potentiels candidats à l’émigration clandestine. 

Restant sur la même dynamique, il soutient : « je pouvais rester en Europe comme beaucoup de jeunes africains pour y travailler. Et ce choix n’a pas été simple pour moi. Je me suis dit que l’Afrique ne peut pas se développer sans les jeunes. Il n’y a pas de honte à quitter l’Europe pour revenir travailler en Afrique… »   

Il estime que le continent a de nombreuses ressources et il faudrait la force de sa jeunesse pour valoriser ces dernières. C’est pourquoi, il a décidé de lutter contre l’émigration clandestine et le chômage. 
Vendredi 9 Juillet 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :