Instabilité Politique : le PIT recadre « Yewwi » dans son bras de fer avec le gouvernement…


Les membres du Parti de l’indépendance et du travail PIT/Sénégal se sont prononcés sur la situation politique nationale. Le ministre du travail, Samba Sy, secrétaire du comité central est convaincu de l’entière et pleine responsabilité de la coalition Yewwi Askan Wi dans la tournure que reprennent les choses. 

Le PIT appelle l’ensemble des sénégalais à ne point fermer leur œil et laisser prospérer ces adeptes d’une démarche rappelant étrangement les ravageuses méthodes fascistes : travestissement de vérité, propagande tous azimuts, endoctrinement à tout crin, mystification et construction au forceps de super héros, recours permanent à la violence...

La situation politique nationale est sérieuse. Elle est même grave et commande, au vu de son niveau d’exaspération, une claire prise de parole des différents acteurs pour édifier les sénégalais.

 

En la matière, la tradition du PIT est connue : livrer sans ambages sa lecture, partager ses hypothèses, indiquer- parfois avec les risques que cela emporte- ce qu’il estime être la solution la mieux adaptée aux problèmes de l’heure.

 

Du reste, il suffit de faire un peu d’histoire pour réaliser qu’une telle prise de responsabilité a souvent valu au Parti de l’Indépendance et du Travail inimité et incompréhension, diatribes et quolibets. Le tout généralement compensé par le fait d’avoir vu juste parmi les tous premiers, par le fait également d’être dans la position de celui qui fraye la voie qui finit par s’imposer…

 

Examinant donc de façon lucide la situation politique d’une extrême gravité dans laquelle est plongé le Sénégal, le Secrétariat du Comité Central du PIT a fini d’être convaincu de l’entière et pleine responsabilité de la coalition Yewwi AskanWi dans la tournure que prennent les choses…

 

 

Et, il ne s’agit pas d’une responsabilité ignorée, tout au contraire ! Il s’agit plutôt d’une responsabilité découlant d’une option d’une clarté aveuglante : celle de s’imposer par tous les moyens, envers et contre tout, et surtout au mépris des lois de la République. Autrement dit, Yewwi Askan Wi a fait le pari de s’imposer par la force, estimant que le choix à opérer oscillait entre deux termes : soit obéir à ses désidératas, soit accepter que le pays bascule dans la violence et le chaos.

 

Pour se convaincre de la réalité d’un tel tableau, il suffit de remettre ensemble quelques éléments dont la survenue est encore fraiche dans les mémoires.

 

Qui ne se rappelle du mandataire de YewwiAskan Wi, brocardant l’un des membres de la coalition, l’accusant d’avoir littéralement saboté la confection et le dépôt de leur liste ? Qui n’a en mémoire le post de la tête de file de Yewwi disant que par inadvertance et inattention coupables, l’investissement de toute une coalition avait fini d’être vendangé ? Comment comprendre par la suite que les mêmes dirigeants déclarent, sans sourciller,responsables de leurs turpitudes pour ne pas dire faillite et le Conseil constitutionnel et le Président Macky Sall ? Comment concevoir que dans un pays, une fraction engagée dans une compétition décide d’invalider tout arbitrage, de déclarer indigne tout arbitre sifflant la moindre faute contre elle, disant donc quant au fond « la loi c’est moi et ma seule volonté ! » ?

 

Le résultat d’une telle option est connu : trois morts le vendredi 17 juin 2022 et des dizaines de blessés ! Des morts que le PIT pleure avec leurs parents auxquels il présente ses condoléances. Mais aussi et encore des destructions, des cours de perdus, des activités de survie, dans une période bien difficile, entravées…

 

Et, suprême abomination, cette espèce d’insatisfaction à peine voilée : les sénégalais auraient dû davantage répondre aux appels des incendiaires de la Cité pour que le niveau des dégâts soit plus relevé. Car, c’est bien cela le sens de la répétition à satiété de ce slogan vermoulu : le Président Macky Sall ne connait que le rapport de force : il faut le lui imposer encore et encore quel qu’en soit le prix !

 

Face à de tels acteurs politiques, face à de tels partisans de la surenchère, le PIT appelle les sénégalaises et les sénégalais à tenir le seul langage qui vaille. Celui consistant à rappeler qu’il n’y a pas de vie sociale possible en dehors de l’instauration et de l’acceptation de normes s’imposant à tous. Mais aussi l’indication claire de cette règle de bon sens : aucun citoyen sénégalais n’étant au-dessus des autres, personne parmi eux ne doit considérer que si sa volonté ne devenait pas une loi pour tous, il s’en suivrait le déluge.

 

Le moment est venu pour une mobilisation générale de tous les compatriotes soucieux de paix civile, de stabilité nationale, de préservation des acquis démocratiques, de recherche de solutions pertinentes face aux difficultés économiques et sociales résultantes de la crise induite par deux années de Covid et des conséquences du conflit russo-ukrainien…

 

Il s’y ajoute que nous sommes à quelques mois de l’échéance importante de 2023. Pour rappel, cette période coïncide avec l’entrée de plain-pied du Sénégal dans le statut envié de pays producteur de pétrole.

Des forces n’ont-elles pas intérêt à l’instauration, sous nos cieux, d’un niveau de confusion telle que ce qui a cours ailleurs puisse prospérer ici ? Ces forces n’ont-ellespas des relais insoupçonnés s’employant, au quotidien, à allumer ou entretenir des feux qu’elles veulent, pince sans rire, donner l’impression de vouloir éteindre ?

 

C’est ensemble qu’il faut dire non aux anarcho-émeutiers de Yewwi. C’est ensemble qu’il faut arrêter les dérives de ces autocrates en gestation dont on a vu sous d’autres cieuxce que leur maturation a provoqué comme désastres.

Les sénégalais ne doivent plus fermer les yeux et laisser prospérer ces adeptes d’une démarche rappelant étrangement les ravageuses méthodes fascistes : travestissement de la vérité, propagandetout azimutendoctrinement à tout crin, mythification et construction au forceps de super héros, recours permanent à la violence.

 

Encore une fois, nulle part au monde, de telles graines n’ont donné de bonnes récoltes : il faut donc arrêter Yewwi pendant qu’il est encore temps !

Vendredi 24 Juin 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :