Gingembre littéraire : "Le Sénégal n'a pas fait tout ce qu'il fallait pour son contenu local" (Abdoulaye Ly)


Ce 1er décembre lors d'un panel destiné à discuter sur la nouvelle thématique proposée pour la 5 ème édition du Gingembre littéraire, Abdoulaye Ly, le directeur éxécutif du Club des Investisseurs Sénégalais (CIS), a exposé les quelques problématiques derrière le contenu local. 
 
Membre des panélistes appelés à s'exprimer à la 5 ème édition du Gingembre littéraire, sous le thème "Quelle gestion des ressources naturelles et foncières pour un développement durable et inclusif", le directeur exécutif du CIS, Abdoulaye Ly, en a profité pour traiter et révéler les soucis derrière les contenus locaux, qu'il définit comme étant la mesure d'ordre institutionnel émanant de l'État, qui vise à assurer la proportion  requise de nationaux dans la fabrication des biens et des services." 
 
En effet, fixé sur l'année 2030 pour obtenir environ 50% de contenu local au Sénégal, Abdoulaye Ly expose les ennuis qui se présentent comme  des freins à l'atteinte de cet objectif. "Il faut comprendre aussi que le contenu local ce n'est pas une obligation strictement pour les étrangers qui viennent", il interpelle avant d'ajouter : "Ça l'est aussi pour les sénégalais." Selon monsieur Ly, jusqu'alors,  les entreprises internationales semblaient les seules à être ciblés par cette initiative. Mais pourtant, nous révèle-t-il que même les sociétés nationales doivent accroître la présence de main d'oeuvre des travailleurs sénégalais. 
 
Un autre point , c'est de rappeler les options économiques du Sénégal, parfois en contradiction avec le but recherché.  "Je rappelle que jusqu'à aujourd'hui, le Sénégal n'a que deux textes concernant le contenu local. Cependant, le plus dur pour M. Abdoulaye Ly demeure le caractère informel de l'économie. "92% de notre PIB est fabriqué par le secteur informel..."
Vendredi 1 Décembre 2023
Chancelle



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :