Facebook - Le Groupe « Femmes Chic » au cœur d’un énorme scandale : une femme arrêtée après une escroquerie sur plus de 11 millions, les administratrices traquées


Les membres de « Femmes Chic » sont choqués. Une histoire d’escroquerie secoue ce groupe, qui, pourtant était réputé être le coin des femmes pour trouver solution à leurs problèmes. Qu’est-ce qui s’est passé ? Selon des informations, l’arnaque date de depuis plus de 3 ans. Une femme a créé un faux compte Facebook au nom de Sokhna Diarra Niang. Elle explique dans son compte qu’elle est séropositive. Une maladie transmise par sa mère depuis sa naissance et demandait de l’aide. Elle a raconté son histoire dans le groupe « Femmes Chic » où elle a eu plus de compassion. Son histoire a tellement touché le monde sur la toile que des gens, de bonne volonté ont décidé de la soutenir. Cette Sokhna Diarra Niang qui n’est personne d’autre que S.K.S.D, une femme qui œuvrerait dans le social, recevait de l’argent des membres du groupe. Des gens lui faisaient des envois par Wari et lui envoyaient aussi des denrées alimentaires, voire des terrains, car elle a dit qu’elle vivait avec ses tantes qui ont des moyens très limités. En gros, la dame S.K.S.D, qui se faisait passer pour une sidéenne, aurait empoché plus de 11 millions de nos francs. 

Le pot aux roses a été découvert lorsqu’une dame qui devait l’aider a eu des soupçons car la nécessiteuse lui mettait la pression pour qu’elle lui envoie de l’argent. 

Elle a menacé de porter plainte pour escroquerie. Prise de panique, S.K.S.D est allée la première à la police pour porter plainte. Après investigations, les enquêteurs se sont rendus compte que c’est S. K. S. D qui était derrière le compte Sokhna Diarra Niang, supposée séropositive, qui arnaquait les gens sur de fortes sommes d’argent et des denrées alimentaires. 

Elle est tout de suite arrêtée et gardée à vue au commissariat de Yeumbeul. L’annonce de son arrestation a créé un tollé dans le groupe car si l’administratrice Mamico a voulu se laver à grande eau dans cette histoire. Des membres du groupe la soupçonnent d’être son arme de chantage. Selon des informations détenues de sources internes au groupe, Mamico envoyait des messages privés aux membres pour demander de l’aide pour cette dame. Elle a été entendue par la police de Yeumbeul avant d’être libérée. Les autres administratrices seront aussi convoquées par la police selon nos sources en même temps que cette Mamico qui semble être trempée dans ce vaste réseau d’escroquerie sur internet. 

Nous y reviendrons avec plus de détails ...
Vendredi 31 Août 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :