Enseignement Supérieur : Le gouvernement dirigé par Amadou Ba et les universitaires en conclave pour un enseignement de qualité


Le gouvernement du Sénégal a tenu une rencontre de concertation sur l’état de l’enseignement supérieur avec la communauté universitaire ce Jeudi 22 Février à la sphère ministérielle de Diamniadio. Lors de son discours d'ouverture des travaux, le premier ministre, Amadou Ba a réaffirmé l'engagement ferme de son gouvernement envers l'enseignement supérieur. « Nous sommes déterminés à œuvrer sans relâche pour garantir à chaque citoyen l'accès à un enseignement supérieur de qualité et à créer les conditions nécessaires à l'émergence d'une société du savoir dynamique et prospère », assure le chef du gouvernement, indiquant que cette rencontre dans un esprit de collaboration et de partenariat est aussi une occasion pour passer en revue les réalisations, d’identifier les difficultés et de concevoir des stratégies novatrices pour surmonter les obstacles qui se dressent sur leur chemin.

Ainsi, poursuit-il, l'ambition de l'État du Sénégal est de faire de l'Enseignement supérieur un levier essentiel de développement, un vecteur de création de richesse intellectuelle et économique. "Dans cette perspective, nous avons réalisé des avancées significatives, investissant dans l'infrastructure, le développement des programmes académiques et la formation des enseignants. Nous avons également promu la recherche scientifique et l'innovation, reconnaissant leur rôle crucial dans la résolution des défis auxquels notre société est confrontée", a fait savoir Amadou Ba, estimant que la mise en œuvre du PSE a permis de construire de nouvelles universités, de nouveaux instituts supérieurs d’enseignements professionnels et des classes préparatoires aux grandes écoles.

Toutefois, il ajoute, "malgré ces réalisations louables, nous sommes pleinement conscients des défis persistants qui entravent notre chemin vers l'excellence éducative", dira le chef du gouvernement, avant de préciser que des efforts sont à faire en matière d'infrastructure, de qualité de l'enseignement, d'accès équitable à l'enseignement supérieur et de pertinence des programmes.
Ainsi, souligne-t-il, le gouvernement doit également faire face à des défis tels que le manque de financement adéquat, l’insuffisance des personnels, des taux d’encadrement et des équipements, la nécessité de renforcer la formation initiale et continue des enseignements et des chercheurs, retenant, par contre que dans chaque défi se cache une opportunité. "Nous devons travailler ensemble, universitaires, décideurs politiques, acteurs de la société civile et partenaires internationaux, pour élaborer des solutions inclusives et durables qui garantissent une éducation de qualité pour tous, sans distinction", a lancé le Premier ministre, concluant que cette concertation ne marque pas la fin, mais plutôt le début d'un processus continu de collaboration et d'action concertée.
Jeudi 22 Février 2024
Yaya Cissokho



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :