Enquête du Trésor américain sur un financier du Hezbollah en Gambie : quel lien avec l’affaire des armes iraniennes destinées au Mfdc ?


Enquête du Trésor américain sur un financier du Hezbollah en Gambie : quel lien avec l’affaire des armes iraniennes destinées au Mfdc ?
Comme l’a annoncé Dakaractu hier, ce jeudi 17 mai, le Trésor américain par le biais du Bureau du Contrôle des Actifs Etrangers (OFAC) a encore frappé le Hezbollah libanais en visant l'un de ses bras financiers, en l'occurrence Mohammed Ibrahim Bazi, son représentant en Iran Abdallah Safi Al Din ainsi que cinq entités basées en Belgique, en Gambie et au Liban. 
« En visant l'un des financiers du Hezbollah libanais considéré comme une organisation terroriste par les USA, l'administration Trump coupe en quelque sorte l'herbe sous le pied de l'ancien président gambien Yahya Jammeh, en exil en Guinée Equatoriale. L'ancien homme fort de Banjul est un proche collaborateur de Mohammed Ibrahim Bazzi dont la société basée en Gambie, Euro African Group vient d'être sanctionnée par le Trésor américain », rappelions-nous.

 Au moins une chose est sûre à la lumière de ces révélations : Yahya Jammeh entretenait des liens suspects avec des personnalités ayant prêté allégeance à Téhéran. Cela remet en surface l’affaire des fameuses armes iraniennes supposément destinées au Mouvement des forces démocratiques de la Casamance.

Pour mémoire, un jour d’octobre 2010 fut arraisonné à Lagos un navire en provenance de la République Islamique d’Iran et à destination de la Gambie, transportant une cargaison de treize conteneurs remplis d’armes de diverses catégories, y compris des munitions pour armes lourdes.

La découverte du pot aux roses créera une brouille diplomatique entre le Sénégal et l’Iran. Le diplomate gambien, Bokarr Essa Sey, alors en froid avec Yahya Jammeh, fera savoir que « les armes en provenance de l’Iran qui ont été interceptés au Nigeria et qui avaient pour destination la Gambie, étaient destinées au Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC).

Mohammed Ibrahim Bazzi, qui serait un prête-nom de Yahya Jammeh, est une piste sérieuse devant permettre de connaitre les relations qui ont pu exister entre le dictateur gambien, Téhéran et le Mfdc, voire la Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo. Puisque selon Me Abdoulaye Wade, Salif Sadio était détenteur d’un passeport diplomatique gambien grâce auquel il est passé par Abidjan pour parfaire sa formation militaire en Iran.  
Samedi 19 Mai 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :