Des centaines de Libériens manifestent contre le président Weah


Quelques centaines de Libériens ont manifesté pacifiquement samedi contre le président George Weah près de Monrovia à l'appel de l'opposition qui l'accuse de tous les maux devant la dégradation des conditions de vie un an avant les élections, a constaté un correspondant de l'AFP.
"Nous sommes fatigués de souffrir", proclamaient les slogans et les banderoles, reprenant l'intitulé donné par la coalition Collaborating Political Parties (CPP) à ce rassemblement devant le stade Samuel Kanyon Doe dans la banlieue de la capitale.
La manifestation avait lieu alors que les Libériens se battent au quotidien avec l'inflation et la pénurie des produits et des services de première nécessité dans l'un des pays déjà les plus pauvres du monde. M. Weah est en dehors du pays depuis le 31 octobre et attendu de retour officiellement dimanche après sept semaines d'absence.
Les Libériens doivent élire leur président et leurs parlementaires en octobre 2023.
“Nous sommes ici pour adresser un message au gouvernement et à la communauté internationale: cela fait trop longtemps que les Libériens souffrent", a dit à l'AFP James Kennedy Saylee, vice-président du comité d'organisation.
"La pauvreté se lit sur tous les visages libériens", a-t-il ajouté.
La coalition CPP, dont l'un des chefs, Alexander Cummings, s'annonce comme un des principaux adversaires de M. Weah à la présidentielle, accuse M. Weah d'incompétence mis aussi d'indifférence devant la situation des Libériens.
Elle a dénoncé l'absence prolongée de M. Weah qui s'est rendu depuis fin octobre à différents rendez-vous internationaux, dont la Coupe du monde de football au Qatar où son fils Timothy jouait sous le maillot de l'équipe américaine. Elle lui impute la persistance d'une corruption réputée endémique.
L'ancienne star du foot a été élue en 2017 sur les promesses de combattre la pauvreté et la corruption. M. Weah a été désigné par son parti candidat à sa propre succession pour 2023.
En plus des difficultés économiques, le gouvernement se débat avec l'organisation des élections et les troubles d'un recensement préalable au vote. Il est sous la pression du grand allié américain au sujet de la corruption.
Washington a sanctionné cinq hauts responsables libériens pour corruption présumée en trois ans. Dans une lettre ouverte publiée début décembre, l'ambassadeur américain à Monrovia Michael McCarthy prévenait que les Etats-Unis pourraient prendre davantage de sanctions dans les prochains mois dans la perspective d'élections "libres, crédibles et pacifiques".
M. Weah faisait partie des présidents de six pays africains où des élections sont prévues en 2023 à être reçus le 14 décembre par le président américain Joe Biden. Les dirigeants ont affirmé "leur engagement à tenir des élections libres, justes et transparentes", selon la Maison Blanche.
Samedi 17 Décembre 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :