Délégation générale du Québec à Dakar : Le personnel local interdit de parler wolof.


Nommée en septembre 2019 déléguée générale du Québec à Dakar, Fatima Houda-Pepin a pris fonction au mois de novembre. Mais selon  ici.radio-canada.ca   visité à Dakar, l'ancienne députée provinciale libérale devenue indépendante, a refusé d'occuper son domicile de fonction sis à l'avenue des Ambassadeurs qui coûte à l'Etat québécois 13 000 dollars par mois. La représentante du Québec ayant préféré habiter au Novotel du 21 décembre 2019 au 18 février 2020 pour une facture salée de 11 344 dollars, soit 5 207 000 FCFA. 

 

Selon le ministère des Relations internationales et de la Francophonie (MRIF), ce choix de résider à l’hôtel par Fatima Houda Pepin est lié à des raisons de sécurité. 

 

Pourtant l'avenue où se trouve la résidence de la Délégation générale est l'une des plus sûres de la capitale. Elle a quitté l’hôtel et occupe maintenant un appartement moins coûteux, assure le MRIF. 

 

Mais selon le site de radio-canada, l'arrivée de Fatima Houda-Pepin a plongé la Délégation générale du Québec de Dakar dans un climat délétère. Et ce ne sont pas les employés sénégalais qui diront le contraire. Sous prétexte que le français est la langue de travail au Québec, le personnel local est interdit de parler wolof à l'intérieur de la Délégation. 

 

À cela s'ajoute le licenciement à la date du 4 février de deux ménagères sénégalaises qui percevaient chacune 175 000 francs par mois. Le préavis de trois mois de salaire qui leur est dû n'est à ce jour pas versé. Elles ont déposé une plainte au niveau de l'Inspection du travail et seront fixées sur leur sort le 26 de ce mois. 

 

Autant de faits ajoutés à d'autres qui ternissent, selon les employés excédés par le comportement de la Déléguée générale, l'image du Québec. Son ancien parti réclame son rapatriement si les faits à elle reprochés sont avérés.

 

Mardi 25 Février 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :