Dégâts causés par les dernières pluies à Saint-Louis : Les sinistrés de Khar Yalla manifestent encore leur colère


La capitale du Nord a connu une ambiance inhabituelle due à un mouvement d’humeur des 300 familles sinistrées de la Langue de Barbarie, victimes des derniers raz-de-marée, et relogées depuis l’année dernière sur le site du croisement Bango/Khar Yalla. Ces dernières se sont mobilisées ce matin pour bloquer la circulation sur la route nationale n°2 et manifester leur colère. Très remontées contre les autorités administratives et municipales, elles ont attiré l’attention de ces nombreux passants et autres automobilistes obligés d’obtempérer, sur les dégâts importants occasionnés par les dernières fortes pluies qui sont tombées sur la commune de Saint-Louis. En effet, ces tentes de fortune qui leur servent d’abris provisoires, n’ont pas résisté à ces fortes pluies. Elles ont cédé sous la forte pression des averses accompagnées de vents forts, au moment où le contenu des fosses septiques avait déjà inondé le site. Elles ont invité le maire de Saint-Louis Mansour Faye, à prendre à bras le corps les problèmes économiques et sociaux auxquels elles sont confrontées depuis que les autorités municipales les ont relogées sur ce site. 

Dégoulinants de sueur, ces braves hommes et femmes de la Langue de Barbarie, n’ont pas manqué de préciser que le premier magistrat de la vieille cité ne se soucie pas de la situation très difficile dans laquelle ils évoluent. Ils ont déploré le fait que l’édile de Saint-Louis soit très dur et intransigeant à leur égard, à chaque fois qu’il leur rend visite. Ils disent ne pas comprendre pourquoi le maire n’hésite pas à leur faire comprendre qu’ils ne doivent pas médiatiser cette situation particulière qui prévaut au niveau de ce site de recasement. Depuis l’année dernière, ont-ils souligné, ils attendent le démarrage du projet d’urgence de relèvement des sinistrés de Khar Yalla, qui doit être mis en œuvre par la municipalité de Saint-Louis, la Banque Mondiale et l’Adm. Autant de raisons pour lesquelles, ces manifestants ont bloqué la circulation à l’aide de barricades faites de branches d’arbres, de pneus et autres gros cailloux et blocs de pierre. Les forces de l’ordre sont intervenues pacifiquement pour disperser cette foule de sinistrés en colère. Elles ont été obligées de négocier ce retrait, en présence d’une forte délégation de la Préfecture conduite par l’adjointe au préfet, Ndioro Sarr et le commissaire central de police, Bécaye Diarra.


Vendredi 24 Août 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :