COVID-19 : Une deuxième étude du Pr Moussa Seydi prouve l’efficacité du traitement à base d’hydroxychloroquine et d’azithromycine.


Dans la polémique en cours sur l'efficacité ou non de la chloroquine contre le Coronavirus avec la parution d’études dont certaines ont été retirées du fait des doutes sur la fiabilité des données utilisées (ex de l’analyse rétrospective du Lancet), le responsable de la prise en charge médicale des malades Covid-19 au Sénégal n’entend se fier qu’à ses résultats pour décider. Le Professeur Moussa Seydi l’a rappelé ce samedi 06 juin alors qu’il participait au point de presse sur le bilan des trois mois de lutte contre le nouveau coronavirus dans notre pays. Ces résultats ? Il faut dire qu’ils sont très encourageants.
Le chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital de Fann a fait part des résultats d'une seconde étude menée sur l’efficacité du traitement à base d’hydroxychloroquine et d’azithromycine.
 « Dans notre projet de recherche, nous avons pu analyser les données cette fois-ci, de 559 patients et de 162 patients. Ces données sont issues des sites de Fann, de Dalal Jamm et de Diamniadio. Parmi ces 559 patients, 498 étaient âgés de plus de 12 ans. L’âge médian était de 33 ans mais tous les âges étaient représentés : des nourrissons aux sujets de 85 ans. Il y avait autant d'hommes que de femmes. 1/5 patient avait une comorbidité. 65% de nos patients hospitalisés dans ces sites étaient symptomatiques. À Fann, 89% des patients hospitalisés étaient symptomatiques du fait que nous avions choisi avec le Samu d’orienter au niveau de l’hôpital Fann en priorité, les malades graves et les malades à risques », détaille le Pr Seydi. 
À l'en croire, le traitement à base d’hydroxychloroquine et d’azithromycine « nous a montré que l’efficacité était réelle ». « Parce que la durée médiane d’hospitalisation des patients qui avaient pris ce traitement était de 10,5 jours versus 13 jours chez les patients qui n’avaient pas pris le traitement Tous les patients qui avaient pris ce traitement au stade précoce, c’est-à-dire avant l’apparition de complications, sont guéris et aucun n’est décédé.», argue l’infectiologue.
Concernant la tolérance, poursuit le Pr Seydi 12 effets secondaires sont notés jusqu’ici, soit 2% des cas. « Les effets secondaires cardiovasculaires se voyaient dans 0,8% des cas. Et tous les effets secondaires étaient bénins et réversibles à l'arrêt du traitement sans nécessiter un traitement supplémentaire », précise-t-il non sans répéter que « le traitement à base d’hydroxychloroquine et d’azithromycine est efficace pour réduire la charge virale parce que les patients ne sortent qu’après deux tests négatifs ».
 
Sans doute pour faire taire les détracteurs de la molécule associée à l'antibiotique azithromycine, le scientifique sénégalais renseigne que le traitement s'est avéré « efficace dans la prévention des complications qui peuvent aboutir au décès s’il est pris précocement ». « Ce traitement est bien toléré », enchaîne-t-il.
« Nous allons donc poursuivre notre traitement et poursuivre aussi l’évaluation des traitements actuellement disponibles en relation avec l’Institut Pasteur de Dakar dont je salue la compétence et l'Intégrité », termine le scientifique.
 
Samedi 6 Juin 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :