Arrêté en Espagne pour terrorisme présumé : ce qu'on sait du Sénégalais présumé membre de l'organe de propagande de l'Etat islamique

Une présumée cellule terroriste entre l'Espagne et le Maroc a été démantelée ce mardi concomitamment par les services de ces deux pays. Dans le lot des présumés jihadistes arrêtés, un sénégalais. Dakaractu vous en dit plus sur cette opération qui, vraisemblablement, a évité à l'Europe une nouvelle attaque terroriste.


Mardi 08 mai, les services de sécurité marocains et espagnols ont procédé à l'arrestation de cinq individus, soupçonnés d'appartenir à l'organe de propagande de l'Etat islamique. Les trois personnes ont été interpellées par le Bureau central d'investigations judiciaire de la Direction générale de surveillance du territoire (DGST) dans la ville marocaine de Castillejos, près de Ceuta tandis que leurs présumés complices cueillis en territoire espagnol, résidaient à Bilbao, dans le nord de l'Espagne.
De nationalité marocaine et sénégalaise, ces deux présumés membres actifs de l'organe de propagande de l'Etat islamique résidaient respectivement à Durango et à Lorca. Le Marocain, âgé de 33 ans a été intercepté à Abadino, informe des sites espagnols parcourus par Dakaractu. Son présumé compère sénégalais, qui serait âgé de 21 ans, a été pour sa part surpris par la police espagnole au quartier San Cristobal, rue Tello, comme le montre la vidéo ci-dessous. 


Pour l'heure, son identité reste un mystère. Pour autant, ses intentions ne souffrent d'aucune ambiguïté. A l'instar de ses présumés complices, il est soupçonné d'avoir servi de relais médiatique à l'organisation Etat islamique.
Selon les premiers éléments de l'enquête, notre compatriote faisait partie de ces bras armés de l'Etat islamique dans la guerre médiatique que le groupe jihadiste mène depuis sa naissance en zone syro-irakienne. D'ailleurs, les enquêteurs espagnols et marocains qui ont collaboré dans cette opération croient dur comme fer que les suspects étaient en contact avec des personnes situées en Irak ou en Syrie.
Pour ce qui concerne le Sénégalais, l'enquête a déjà révélé qu'il montrait des signes de radicalité de sorte qu'il a été considéré comme une menace dangereuse pour avoir exprimé sa volonté d'attaquer des populations civiles. Les policiers espagnols ont saisi une pile de documents chez lui. 
Ces dernières années, l'organisation Etat islamique a prouvé qu'il ne faisait pas la différence entre les cibles militaires et civiles. Au volant d'un véhicule, avec un couteau, des “soldats du Califat” s'en sont pris à des civils au nom de “Daesh” qui ne met pas beaucoup de temps pour revendiquer le coup.
Les 5 cinq personnes arrêtées entre l'Espagne et le Maroc appartiendrait à la branche de l'Etat islamique qui promeut ce genre d'attaques faites avec des moyens limités, mais avec un impact considérable. Ils ont été mis à la disposition de la justice des deux pays respectifs où ils ont été appréhendés pour toute suite qu'elle voudra bien donner à cette affaire.
Mercredi 9 Mai 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :