Le 24 Février 2019 : Un choix décisif pour le Sénégal


Nous sommes à quelques semaines d’un tournant important pour notre pays. Le 24 février  2019 déterminera à jamais les destinées de notre pays. Nous sommes à la croisée des chemins, partagés sur nos convictions, nos croyances, nos orientations et sur l’épineuse question du choix à faire pour notre futur.
Le président qui sera élu ce jour là aura la lourde charge de relever plusieurs défis. Notre peuple à encore besoin d’une meilleure éducation pour ses enfants, d’une meilleure prise en charge sanitaire, en quête de plus d’emplois, de paix et surtout de prospérité.
Les récentes découvertes de pétrole et de gaz fondent un grand espoir pour l’atteinte de ces objectifs. La jeunesse sénégalaise veut rester au pays, les  émigrés veulent rentrer, les marchands ambulants veulent quitter les rues poussiéreuses, les paysans veulent moderniser leurs activités, les pêcheurs, les éleveurs et les artisans espèrent tous qu’avec ces découvertes leurs charges seront amoindries et leurs revenus augmentés. Mais des questions simples se posent à eux.
- Faut-il un retour en arrière et remettre à nouveau du déjà vécu ?
- Faut-il opérer une rupture systémique professée par certains candidats et tenter l’inconnu ?
- Faut-il se fier à ces candidats portés par des courants religieux et risquer une fracture sociale ?
- Ou faut-il simplement consolider les acquis et assurer la continuité avec le régime en place pour garantir la croissance économique déjà en marche ?
Les réponses divergent et c’est normal dans une démocratie. Les analystes politiques ne nous éclairent pas suffisamment car leurs analyses se noient très souvent dans des débats sur des personnes, des anecdotes et des faits divers. Les débats de fond sur comment répondre aux besoins des sénégalais sont très peu engagés et tout le monde se perd dans des conjectures inutiles pour le pays.
Les mêmes disent tout et son contraire, les messages sont brouillés par une floraison de Fake news, relayées par les réseaux sociaux qui ont fini de dominer l’espace médiatique. Comme disait Malcom X: «  si vous n’êtes pas vigilant, les médias arriveront à vous  faire détester ce qui est bon pour vous et aimer ce qui ne l’est pas ».
Donc chers compatriotes,  restons vigilants, réfléchissons bien sur les choix à défendre pour l’intérêt suprême de notre pays. Il ne faut surtout pas se fier à ces avis de personnes inexpertes qui nous rabâchent à longueur de journée des solutions tirées des cheveux sans aucun vécu. La meilleure école reste l’expérience. On dit en wolof  « Lo doonul talibeem, do doon ap serigneum ».
Il ne faut surtout pas confier ce pays à des hommes sans expériences qui vont tâtonner avant de trouver le bon chemin, ce serait un risque énorme à ce moment crucial de notre développement. Il ne suffit pas de savoir vociférer et critiquer pour avoir raisons. Une expérience partielle dans une petite unité de gestion ne vous donne pas l’expertise requise pour prétendre être en mesure de gérer un pays aussi complexe que le Sénégal. Comme on a l’habitude de dire en wolof « Golo ken dou ko denk almette »
Nous avons besoin d’une expérience avérée et éprouvée en la matière pour maintenir LE SENEGAL SUR LE CHEMIN DE L’EMERGENCE.
Bocar LY PCS ASPT
Lundi 10 Décembre 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :