Financement des partis politiques : Ousmane Sonko avertit Antoine Felix Diome sur toute tentative de dissolution du Pastef.


Le Pastef est une cible principale de la loi pénale récemment modifiée en procédure d'urgence et adoptée par l’Assemblée nationale, à en croire son président, Ousmane Sonko qui faisait face, ce 2 juillet, à la presse nationale et internationale. 

Évoquant le financement de son parti, l'opposant politique a affirmé que seul le Pastef a initié au Sénégal, un mode de financement innovant et participatif touchant à toutes les catégories de la vie socio-économique.

"Nous unissons nos forces à travers nos cotisations pour ne dépendre de personne. Nous ne voulons pas de soutien des lobbies, nous ne voulons pas qu'on nous impose des intérêts particuliers, c'est pourquoi nous avons fait appel à tous les sénégalais qui partagent les mêmes orientations pour bâtir une force pour l'intérêt du pays", a-t-il expliqué, alertant sur toute tentative de dissolution de son organisation politique par le ministre de l'intérieur, Antoine Felix Diome.

"Nous l'avons entendu proférer des menaces allant dans le sens de dissoudre le Pastef. Nous l'attendons de pied ferme", a martelé Ousmane Sonko qui atteste que le mécanisme a été introduit dans les modifications de la loi pénale.

Pour lui, il n'y a aucun centime qui proviendrait d'un quelconque financement extérieur. Le président du Pastef, Ousmane Sonko a profité de la tribune pour lancer officiellement la reprise de la campagne "Nemmékou Tour" pour davantage échanger et sensibiliser le peuple sénégalais.
Vendredi 2 Juillet 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :