Sept ans d’existence du Grand Parti : Le poids politique de Gakou en question ?

Exclu de l'Alliance Alliance des forces de progrès de Moustapha Niasse au lendemain du bureau politique très mouvement convoqué par le parti le 10 Mars 2014 pour annoncer la non-participation de l’AFP à la prochaine présidentielle prévue en 2016, le numéro 2 d’alors de l’Alliance des forces de progrès, a décidé tout bonnement de prendre son destin politique en main en 2015, en lançant son propre parti dénommé le Grand Parti. L’objectif principal fixé par Gakou à l'époque était la conquête du pouvoir. Entre-temps beaucoup d’eau a coulé sous les ponts avec plusieurs alliances nouées, mais le Grand parti ne voit toujours pas son rêve se matérialiser comme l’aurait souhaité Gakou. Aujourd’hui 2022, au moment où le parti souffle ses sept bougies d’existence, l’on se demande toujours quel est le poids politique du Grand Parti et de son chef.



Décollage difficile pour sept ans d’existence !
En mars 2015, Malick Gakou décide de voler de ses propres ailes. Suite à son exclusion du parti de Moustapha Niasse. Tout est parti le 10 Mars 2014, lorsque le secrétaire général national de l’l'Alliance des forces de progrès, Niasse convoque le bureau politique pour qu'il se prononce sur la prochaine présidentielle, avec comme ordre du jour la renonciation de l'Afp à présenter un candidat issu de ses rangs à l'élection présidentielle de 2017. Une décision inacceptable pour le numéro 2 du parti, Malick Gakou et un groupe de frondeurs. Ainsi deux camps se dessineront au sein de l’AFP : le camp de Niasse et le camp de Gakou qui sera finalement exclu définitivement des instances du parti en 2015. 
 
Décidé à se faire une place dans la landerneau politique sénégalais, Malick Gakou, lance son propre parti politique, le Grand parti Suxali Sénégal pour combattre « l’injustice », dont il serait victime. Créé au lendemain des élections locales de 2014, le Grand parti devait se mesurer à la Présidentielle de 2019, mais le système de parrainage brisera l'élan de Malick Gakou qui se projette sur la présidentielle de 2024 avec une ambition de se présenter au rendez-vous électoral tant attendu. Dans l'opposition, la voix de Malick Gakou ne se fait toujours pas entendre. Malgré sa participation à la mise en place des différentes coalitions de l'opposition à Mankoo Wàttu Sénégal et Mankoo Taxawu Sénégal et plus récemment Yewwi Askan Wi. La vitalité du Grand Parti reste et demeure une équation.
 
Thierno Diop, analyste politique : « C’est un parti qui est dans un processus d’extinction… »
Si le Grand Parti est né dans la douleur et a grandi dans des difficultés, pour le journaliste analyste politique Thierno Diop, le poids politique réel de Malick Gakou et de son parti méritent d'être remis en question à l’heure du bilan des législatives. De l’avis de notre interlocuteur, le Grand Parti est dans sa phase d’extinction terminale pour avoir raté son plus grand rendez-vous de 2014. « Je crois que Gakou était dans le Buzz à l’époque, de par la médiatisation à outrance de son exclusion de l’AFP. Parce qu’il ne pouvait pas remporter les locales 2014 à Guédiawaye ce qui fait qu’il avait renoncé à toute candidature. Il avait déserté le front au profit de Aliou Sall. Ce qui constitue sa plus grande erreur politique. Car c’était symbolique de croiser le fer avec le frère du chef de l’État comme l’a si bien fait Ameth Aïdara. Son plus grand rendez-vous manqué avec le peuple c’était en 2014 d’autant plus qu’il était dans la peau du porte-étendard de la banlieue Dakaroise. Parce que la plupart des ténors politiques de Pikine avaient rejoint sa dynamique. Cependant au référendum de 2016, l’opposition n’avait pas produit de bons résultats dans la banlieue.
 
En 2017 aussi, il en a été de même. C’est pourquoi il est légitime de se poser des questions sur le poids politique réel de Malick Gakou. Il n’a jamais gagné des élections aussi bien pour le référendum de 2016 que pour les législatives de 2017. Et à la présidentielle de 2019, devant l’absence de Khalifa Sall et Karim Wade, Gakou pouvait jouer un rôle. Mais curieusement ça coïncide avec l’amorce du déclin pour ne pas dire la phase d’extinction terminale du Grand Parti.  C’est un parti qui est dans un processus d’extinction. On est passé du Grand Parti au petit parti. Conforté à la réalité du terrain, on ne voit pas ce que pèse le Grand Parti. Parce qu’au référendum de 2016 c’était en coalition et il l’a perdu, aux législatives de 2017 aussi, c’était le même scénario. Donc de quoi se prévaut-il pour se présumer ? », tente d’analyser Thierno Diop. 
Berouba Guissé secrétaire national chargé de la vie politique du GP : « Notre poids politique reste intact »
Cependant, le secrétaire national chargé de la vie politique du Grand Parti BeroubaGuissé balaie d’un revers d’eau l’analyse du journaliste analyste politique Thierno Diop. Pour le coordinateur départemental du Grand Parti de Linguère, Malick Gakou et son parti gardent leur poids politique intact. Mieux encore, Berouba Guissé précise que le Grand Parti reste attaché à sa ligne de conduite et à sa vision politique. « Ce qu’il faut retenir c’est que depuis son accouchement douloureux, le Grand parti a fait du chemin. Il faut dire que nous avons vécu des cycles politiques assez importants et aujourd’hui nous avons eu des moments où le Grand Parti était le parti le plus attractif du Sénégal. On a aussi vécu des moments où le parti a subi des départs, donc des trahisons et nous avons presque traversé des difficultés à un certain moment mais nous sommes un parti très résilient. C’est ça notre force. Nous avons notre autonomie, notre indépendance et notre ligne de conduite. Nous respectons notre ligne de conduite et notre vision et personne ne peut nous détourner de notre objectif.
C’est pourquoi les gens se trompent en pensant souvent que le parti est juste un accompagnant. Ce qui nous met souvent dans des difficultés avec nos partenaires politiques. Notre poids politique reste intact. Nous sommes présents dans toutes les communes du Sénégal. Le problème du Grand Parti c’est que malheureusement nous n’avons jamais eu l’occasion de faire une élection tout seul, malgré notre cycle de vie politique au Sénégal. Les gens pensent que si un parti n’est pas tout le temps présent dans les plateaux de radio et télévision, ce parti n’existe pas.  Mais ils ont une vision d’analyse déformée. En cinq ans, nous avons fait le tour du Sénégal trois fois. Seulement ce qui nous a porté surtout préjudice, c’est que nous n'avions pas participé à la présidentielle de 2019», argue le secrétaire national chargé de la vie politique du Grand Parti Berouba Guissé.
2024, l’autre enjeu pour Gackou !
Même si dans une interview accordée à Dakaractu, le leader du Grand Parti dit affûter déjà les armes en direction de 2024, notre interlocuteur souligne que la base de Gakou pourrait soutenir la candidature de Ameth Aïdara en 2024. Car pour Thierno Diop, Ameth Aïdara est dans l’ombre de Malick Gakou. Mais seulement que le maire joue du symbolisme politique et qu’il ne faudrait pas écarter que le camp de Malick Gakou soutienne la candidature de Ameth Aïdara en 2024, pour freiner l’élan de Sonko. « Ameth Aïdara est dans l’ombre de Malick Gakou. C’est-à-dire joue de la politique du symbolisme de Malick Gakou. La question maintenant c’est de savoir quel sera le profil du partenariat entre Malick Gakou et Ameth Aïdara. C’est la véritable question en direction de 2024.
Est-ce que la base de Malick Gakou ne va pas soutenir la candidature de Ameth Aïdara en 2024 ? Parce que n'oubliez pas qu’il y a un processus de démembrement de Yewwi Askan Wi qui ne dit pas son nom. Parce qu’il y a une nécessité d’isoler Ousmane Sonko et parmi cette nécessité d’isoler Sonko, ils peuvent jouer la carte Ameth Aïdara à Guédiawaye comme candidat. L’idée c’est de faire de Ameth Aïdara le porte-étendard de la banlieue », renseigne-t-il. 
Cependant, avant d’y arriver, le Grand Parti et son chef doivent impérativement relever le défi de la mobilisation et de la massification politique des instances et des bases du parti qui dorment depuis quelque temps dans un profond sommeil qui ne connaît pas encore son nom...
 
Jeudi 18 Août 2022
Dakaractu




Dans la même rubrique :