Criminalité faunique : Saisie de pointes d’ivoire brut d’éléphant à Mbour


Criminalité faunique : Saisie de pointes d’ivoire brut d’éléphant à Mbour
Une importante opération a été menée, Mardi, à Mbour, par  les éléments de police du Commissaire Lèye, en collaboration avec les agents de l’Inspection régionale  des Eaux et Forêts et du projet  SALF de l’ ONG Wara.
 Ensemble, ils ont procédé à  une opération conjointe d’arrestation en flagrant délit de détention, et commercialisation illégale de faune sauvage. Il faut noter qu’il s’agit de la toute première saisie de pointes  d’ivoire brut au Sénégal.
Le résultat ayant abouti à l’interpellation d’un  présumé trafiquant  pour trafic et commerce illégal  de contrebande de pointes d’ivoire d’éléphants et de peau de léopard, ainsi que des articles de luxe en peau de crocodiles.
 Suite aux perquisitions de sa boutique et  de son  domicile qui s’en sont suivies, l’interpellé a  été placé en garde à vue dans les locaux  du Commissariat de Mbour et est actuellement entendu et les contrebandes saisies.
Il s’agit de 2 pointes  d’ivoire d’éléphant soit  5 kg d’ivoire brut,  une peau entière  de léopard et des articles de luxe en peau de crocodiles. Ces 3 espèces sont toutes intégralement et farouchement protégées au Sénégal.
 La situation des éléphants est plus qu’alarmante sur le continent et leur extinction définitive est programmée d’ici 20 ans si ce commerce illégal ne prend pas fin immédiatement. 
Si les infractions sont confirmées, les condamnations pourraient être très sévères et aller  jusqu’à 1 an de prison ferme. 
Pour rappel, l’objectif de ces arrestations est de donner un signal fort aux trafiquants de toutes nationalités, quant à la volonté de l’Etat sénégalais de mettre fin à ce commerce illégal pour assurer la survie des espèces et combattre ce crime organisé. 
 L’ivoire et la corne de rhinocéros sont devenus une préoccupation majeure pour les Gouvernements du monde entier. Extrêmement lucratif, ce commerce rapporte plus de 20 milliards de dollars par an, implique des membres du crime organisé et est lié aux autres types de trafic comme la drogue, les armes, le blanchiment d’argent. Plus inquiétant encore, les mouvements terroristes comme Al shaabab, les Jenjawids, Boko haram pour ne citer que ceux-là, traquent inlassablement les éléphants par centaines pour se financer avec l’ivoire. Ces mouvements terroristes sont devenus les pivots du trafic d’ivoire en Afrique. En effet l’ivoire fournirait environ 40% des fonds nécessaires au groupe Al shaabab pour se maintenir en activité et déstabiliser l’Afrique de l’Est et du Centre.
 Et ces mêmes mouvements terroristes préoccupent le Sénégal qui est en phase de renforcement de sa sécurité sur l’ensemble du territoire. Cette inquiétude, concerne aussi l’Afrique de l’Ouest.
 Ainsi fait-on remarquer qu’au Mali un cinquième des éléphants ont été tués pour alimenter le trafic d’ivoire depuis début 2015 et selon la MINUSMA, mission de maintien de la Paix de l’ONU au Mali, cette recrudescence est liée aux activités des groupes djihadistes dans le pays. 
 
 
 
Mercredi 22 Novembre 2017
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :