Covid-19 ! Le Sénégal résiste. (Par Oumou Wane)


Covid-19 ! Le Sénégal résiste. (Par Oumou Wane)
L’ensemble des souffrances infligées par le Covid-19 n’en sont apparemment qu’à leurs débuts.
 
Le nombre de cas varie, mais une constante demeure. Notre monde moderne, globalisé, et finalement si sûr de lui et de sa toute puissance n’a pas su voir venir le petit intrus, invisible et meurtrier. 

Un ennemi vicieux, rapide et invisible, qui en si peu de temps a détruit tant de vies, et mis à plat nos économies, et restreint nos libertés si durement acquises. Cet ennemi de l’intérieur, n’a qu’un leitmotiv : «  je frappe donc je suis », de manière aléatoire et sans aucune logique connue aujourd’hui.
 
Néanmoins, dans cette logique meurtrière, le virus a su trouver en face une grande nation d’irréductibles qui n’a jamais cessé de croire en la protection de Dieu. Un pays alerte qui a su apprendre des vulnérabilités des autres afin de trouver des solutions pragmatiques face à un ennemi invisible. 
Dans un mélange de sagesse et d’extrême lucidité, le Sénégal a su préparer ses atouts pour contrer la trajectoire macabre du Covid-19.
 
Une fois le constat établi, je ne peux m’empêcher de saluer l’effort présidentiel.
Sans une politique réactive et ferme, nous ne pourrions aujourd’hui nous vanter des mesures déployées en un temps record pour endiguer la pandémie. 

Etant depuis six semaines captive des politiques balbutiantes italiennes, pour ne pas dire européennes, les tergiversations ont révélé les failles d’un système que l’on croyait à tort inébranlable.
 
C’est par l’addition de ces constats et d’une vision teintée d’expériences que je me dois d’annoncer une triste nouvelle à ceux qui profiteraient de la confusion pour fustiger un pays, qui fait l’admiration du monde entier dans sa gestion de la crise.

L’OMS, les Nations-Unies nous prévoyaient le naufrage, voyez comme on navigue !
 
Oui, actuellement, le Sénégal est en train de faire un sans faute.
 
Non, nous ne ferons pas partie de ces nations qui au sortir de la crise auront honte de leur chef d'État. Macky Sall a pris immédiatement les mesures justes pour préserver les populations. Il a consulté toutes les composantes de notre société et mis 1000 milliards de francs cfa sur la table pour contrer le virus… De plus, il a appelé la communauté internationale à annuler la dette de nos pays, appel qui a reçu des échos favorables !
 
Oui, les temps seront difficiles, mais une guerre ne se gagne pas sans efforts.
 
Dès le début de la crise Macky Sall a su s’entourer de lumières dans leurs domaines, pour faire front à ses côtés dans le combat contre le coronavirus.
 
Indéniablement, nous pouvons lui reconnaître ceci : un dévouement extrême à l’exercice de ses fonctions, donnant l’impulsion nécessaire à celui qui veut maîtriser plutôt que celui qui ne cherche que constats pour établir critiques… En politicien aguerri, il a su que les enjeux étaient autres cette fois-ci, que ses actions auraient une réponse dans l’Histoire.
 
Je me permets un instant de sortir de mes constats pour vous parler de faits plus factuels, mais tout aussi aberrants.
 
Confinée en Italie, s’il venait à m’arriver quelque chose, je demande à l’Etat sénégalais de m’assurer une tombe ici.
Dans un pays comme l’Italie où même mourir est devenu un casse-tête chinois, je pense qu’il n’est pas sérieux de la part de certains de nos compatriotes de véhiculer certaines peurs. Il serait responsable d’approfondir la réflexion et d’étudier avec les autorités toutes les options. En effet, il n’y a plus de place dans les morgues, encore moins dans les cimetières et la crémation n’arrive même plus à absorber tous ces morts.
 
Je n’ai alors qu’une question : pourquoi est-ce que le contribuable sénégalais débourserait-il tant d’argent pour rapatrier des dépouilles dans un espace aérien fermé ? A noter d’ailleurs, si les décès de nos compatriotes devaient être plus élevés, comment l’état pourrait il affréter des avions cargo à cout de milliards pour des rotations journalières avec des escales qui ne seraient certainement pas autorisées par certains pays ?
 
Nous sommes d’accord sur la réponse. Pour autant cela n’empêche pas certains sénégalais d’Italie, qui, abandonnant toute logique, préfèrent s’adonner à une politique de comptoir, feignant d’ignorer les vrais enjeux auxquels nous sommes confrontés au quotidien. Il est aisé de demander à l’état de faire l’impossible mais restons raisonnables. Le Covid-19 est une situation exceptionnelle !
 
Notre terre n’a rien à envier à quiconque, même pas à New-York qui enterre ses citoyens dans des fosses communes, sur une île au large de la ville.
C’est pour cela que nous nous devons d’être solidaires.
Solidaires avec nos médecins. Solidaires avec nos champions.
Solidaires avec nos ministres.
Solidaires avec notre Président.

Solidaires ensemble, pour faire face à la chevauchée infernale du coronavirus.
 
Solidaires et à nos places, les hommes qu’il faut à la place qu’il faut pour : revaloriser l’éducation, hisser la santé en priorité absolue. Développer notre agriculture et notre petite industrie. Etre autonomes et autosuffisants !
 
C’est sans détour que je dédie cet éditorial à nos champions, qui pour y arriver ont besoin d’une discipline nationale et citoyenne.
 
Au gré de ma mémoire, je cite: Dr Abdoulaye Bousso, Pr Moussa Seydi, Pr Mboup, Dr Amadou Sall, Dr Aloise Waly Diouf, et tant d’autres dans les tranchées et en première ligne…
 
Cher Président Macky Sall, que ces mots du Marechal Joffre puissent vous accompagner le temps de cette crise et bien après :
« Mon aile droite est enfoncée, mon aile gauche faiblit, excellente situation, j’attaque au centre ! »
 
Sur cette citation, je vous laisse méditer et vous incite à continuer à nous préserver de tous les obscurantismes pour que notre Sénégal sorte de cette épreuve plus forte et plus unie.

Oumou Wane
Mercredi 15 Avril 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :