Affaire concessions necotrans et «Tour de Goree» : Le ministre Dr Cheikh Kanté rétablit la vérité des faits


Le site Africaintelligence repris dans la presse a évoqué la mise en concession du terminal vraquier « Mole 8 » et la construction de la « Tour de Gorée », je voudrais apporter les éclaircissements : En effet, le site Africaintelligence relate desinvestigations qui auraient été engagées depuis deux ans par le Parquet National Financier français à propos des différentes activités africaines de la société française NECOTRANS, judiciairement liquidée depuis 2017. Les sujets évoqués par l’article ont plus particulièrement traits au Sénégal, d’une part concernant les conditions d’attribution par le Port Autonome de Dakar de la concession accordée en novembre 2013 à la société française NECOTRANS pour la gestion et l’exploitation du terminal vraquier portant sur la manutention des pondéreux (phosphates, houille,etc), et d’autre part, au projet immobilier de la Tour de Gorée qui impliquerait l’ancien Directeur Général du Port Autonome de Dakar et les anciens dirigeants du groupe NECOTRANS, les frères Quérel. Les termes utilisés et choisis à dessein, ainsi que la présentation qui est faite par cet article laissent augurer des suspicions avec une volonté manifeste de nuire qui ne correspondent nullement à la réalité, et qui n’ont aucune raison d’être. S’agissant tout d’abord de l’évocation de la Tour de Gorée, cet article tente de m’ associer artificiellement aux frères Quérel,sans apporter la moindre preuve, ni même le moindre fait, susceptible d’établir quoi que ce soit. Aucun élément n’est fourni pour indiquer quel serait la difficulté posée par ce projet immobilier et les rapports personnels que j’ ai avec la société NECOTRANS.

A titre de rappel, le projet Tour de Gorée est une composante du grand projet immobilier du port de Dakar dénommé « Water Front » autorisé par le conseil d’ administration du PAD par délibération numéro 03/PAD/CA/PCA du 05 septembre 2013 avec comme actionnaires principaux : la caisse de dépôt et de consignation, le port autonome de Dakar et la société NECOTRANS. Ce projet était ouvert à tous les acteurs portuaires qui souhaitaient y participer. Au moment où je quittais le PAD, ce projet qui commençait à prendre forme n’était pas encore réalisé et les détails de son évolution sont consignés comme annexe numéro 26 du document dema passation de service du 22 septembre 2017. Je confirme que je ne suis pas du tout propriétaire de ce projet encore moins d’un immeuble moderne du même nom sur la baie de Dakar que vous citez dans votre article. Cela est vérifiable puisque dans ma déclaration de patrimoine à l’ OFNAC, un tel immeuble ne figure pas dans la liste des biens que j’ ai acquis honnêtement. Aussi, je tiens à préciser que ce projet est totalement diffèrent du projet touristique phare « Tour de Gorée » en partenariat avec le patrimoine bâti et le gouvernement Indonésien dont je suis président de comité de pilotage de sa mise en œuvre, désigné par arrêté présidentiel numéro 023076 du 11 septembre 2019 , composé comme suit: Ministre auprès du Président de la République en charge du suivi du Plan Sénégal Emergent, Président ; Un représentant du ministre des Finances et du budget ; Un représentant du ministre de l’économie, du Plan et de la Coopération ; Un représentant du ministre des Pêches et de l’économie maritime ; Un représentant du ministre de l’Environnement et du développement durable ; Un représentant du ministère de la culture ; Le DG de l’APIX ; Le Directeur Général de l’Agence du Patrimoine Bati de l’Etat ; Le Directeur Général du Bureau Opérationnel de Suivi du PSE ; des représentants des partenaires techniques et financiers de l’Etat impliqués. Necotrans et les frères Querel n’ont absolument rien à avoir dans le projet phare du PSE de près ou de loin. S’agissant de la concession du terminal vraquier, elle a été octroyée à NECOTRANS de préférence aux offres faites par deux autres entreprises également spécialisées dans la logistique, les sociétés Belge SEA INVEST, et Franco-Danoise APMT (Maersk), au regard des compétences et du savoir-faire de ce groupe, mais aussi de la qualité de son offre.

Contrairement aux chiffres erronés publiés dans votre article, et à la différence de ses concurrents, le groupe NECOTRANS avait présenté un dossier technique et juridique solide qui lui avait permis l’octroi de cette concession en contrepartie du paiement d’un ticket d‘entrée à hauteur de 2 milliards de francs CFA, de 40 milliards de francs CFA d’investissements lourds (dont 15 milliards FCFA pour la construction d’un nouveau quai et l’achat de matériels), et du paiement au PAD de redevancesfixes et de redevances variables sur le tonnage réalisé. Cette attribution s’était faite selon les procédures requises en vigueur, dans des conditions parfaitement régulières et transparentes.

En effet, après avis favorable de l’ ARMP, le Port Autonome de Dakar ayant été particulièrement attentif au respect des obligations légales, veillant également à ce que l’État ne soit pas lésé, avait instauré une commission de négociation par note de service 2048 /PAD/DG du 14-06-2013 en vue d’ approfondir l’ offre de cette société et de négocier avec ses représentants qualifiés. Les négociations avaient fait l’objet de onze (11) procès-verbaux disponibles. En dehors de ses représentants qualifiés, le concessionnaire avait mandaté en parallèle un cabinet allemand d’ingénierie, le cabinet Inros Lackner, afin de s’assurer de la régularité et de la transparence desdites conditions d’octroi, en sus du travail de préparation et de vérification effectué par ses avocats, le cabinet Fischer, dans le cadre de la procédure d’attribution, afin que son offre soit irréprochable. Cela était d’autant plus important que deux organismes de contrôle ont, par la suite, été successivementsaisis pour examiner les conditions d’attribution de la concession. De première part, début 2014, l’Agence de Régulation des Marchés Publics (ARMP) avait été saisie par les deux organisations patronales (CNP et CNES) entendant remettre en cause la concession puisqu’elles estimaient avoir été passée au détriment d‘opérateurs nationaux à qui n’ avaient que 10 % des parts du capital de la société.

De deuxième part, le 6 mai 2014 un député sénégalais avait demandé à l’OFNAC (Office national de lutte contre la corruption) de se saisir de la question aux mêmes fins, à la suite d’une action menée par certains parlementaires à l’égard du Directeur Général du Port Autonome de Dakar. Ces deux organismes ont confirmé le caractère parfaitement régulier de la procédure, de sorte que, contrairement à ce qui est sous-entendu, voire soutenu dans l’article d’Africa Intelligence paru le 17 janvier 2023, la procédure de mise en concession s’était faite dans le plus grand respect des règles. Finalement,sousl’égide de l’ARMP, les négociations menées entre le PAD, le SEMPOS et NECOTRANS, avaient abouti à des accords qui ont porté la part du secteur privé Sénégalais à 40% du capital social de la société. Ces accords ont fait l’objet de procès-verbal signé par toutes les parties prenantes et validé par l’ARMP. Par délibération numéro 01/PAD/CA/PCA en date du 23 mai 2014, le conseil d’administration du PAD après en avoir délibéré conformément à la loi et considérant l’unanimité des votes favorables, avait approuvé ces accords. Cette mise au point concernant deux évènements distincts devrait mettre un terme à ces polémiques fielleuses. Personnellement, je n’ai aucun rapport avec la faillite de la maison-mère à Paris de NECONTRANS, et encore moins desrapports particuliers avec les personnes visées. Aujourd’hui, le terminal vraquier (TVS) fait partie des plus beaux projets que j’ai laissé au PAD et qui fonctionne correctement avec desrendementsimbattables et une rentabilité constatée. J’assume personnellement toutesles décisions que j’ai eu à prendre durant mon passage au PAD dans l’exercice de mesfonctions. Elles ont été transparentes et efficaces,sans aucune faute de gestion relatée dans un quelconque rapport. C’est pourquoi, je considère que la corruption dont parle le site Africaintelligence se trouve apparemment de l’autre côté de la rive et concerne des baroudeurs profanes, affamés et ignorants qui perçoivent de l’ argent de poche et divulguent des informations erronées avec la ferme intention de nuire en exécutant les ordres desleurs commanditaires.
Samedi 21 Janvier 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :