JIFTIC/Equité Genre dans les TIC : Le MENT pour une inclusion effective des filles dans le domaine du Numérique.


Célébrée le quatrième jeudi du mois d’Avril de chaque année, la Journée Internationale des filles dans le secteur des TIC (JIFTIC), a été solennisée ce 22 Avril 2021 sous la supervision du Ministère de l’économie numérique et des Télécommunications (MENT) sous format webinaire. Un format dû au contexte sanitaire actuel où la pandémie à coronavirus sévit encore.
 
Il est sorti de cette conférence virtuelle la probabilité du développement de l’économie à travers l’inclusion du genre féminin dans le domaine du numérique.
 « Se développer à travers le numérique »
 
Ndèye Khady Sall, représentante de l’Association des femmes Sénégalaises des TIC (FESTIC), lors de cette conférence virtuelle, a soulevé la question de l’Éducation qui constitue un canal essentiel dans l’inclusion des jeunes filles. Elle a annoncé à ce titre l’élargissement du Programme initié depuis 3 ans pour le plaidoyer de l’accès des Femmes aux TIC. L'objectif du FESTIC, rappelle-t-elle est d'accompagner les filles afin qu'elles puissent devenir des leaders dans le secteur du numérique à travers des cours de renforcement qui sont pour l'instant réservés aux membres du programme.
Ce programme développe un plan d’action sur des volets spécifiques, à savoir un volet scientifique pour permettre aux jeunes filles d’intégrer et d’aspirer à une carrière scientifique, un volet coaching en développement personnel qui consiste à renforcer la confiance des filles et leur apprendre à s’exprimer en public rappelant que c’est avant tout la TIC qui est au cœur de ce programme ayant pour plan stratégique de mettre en avant le potentiel féminin afin de tendre vers une démocratisation du leadership numérique.
Suite à la question d’un intervenant sur l’égalité genre par rapport à l’implication des jeunes garçons dans le programme inclusif, Mme Sall de rajouter : « Nous sommes une association de femmes et nous avons d’abord pensé à agir pour les femmes et peut-être que dans les années qui viennent nous allons intégrer les garçons dans le programme. »
Les Sciences de la Vie et de la Terre (SVT), la Physique (PC) et les Mathématiques sont les matières que ledit programme propose.
Mme Sall a également annoncé l’élargissement du programme vers les autres régions du Sénégal après une concrétisation de la phase pilote initiée il y a deux ans.
 
« Protection des filles pour une meilleure Inclusion »
 
Le Président d’ISOC Sénégal, Mr Edem Nunekpeku, a également participé à cette conférence et est revenu en détails sur la sécurité des filles. Une participation qui trouve son sens dans ce contexte d’échanges car, Isoc étant une association de droit sénégalais créée pour promouvoir l’utilisation des TIC.
Une étude de l’ONUDC a montré que plusieurs scènes scandaleuses ont eu lieu ces dernières années, il est alors important de soulever cette partie. Ainsi par sécurité, on entend protection. Si nous mettons l’accent sur la sensibilisation et que nous diversifions nos cibles et si la religion revient au centre de nos décisions, je pense qu’il serait facile de protéger les filles. « Aujourd’hui on peut parler des femmes dans le domaine des TIC et ma volonté c’est que ces femmes puissent prendre le temps d’intégrer les filles à la connaissance des TIC. »

« Favoriser l’utilisation de la langue locale pour vulgariser la sensibilisation des filles dans le domaine des TIC »
 
 Il est sorti de ce webinaire en exemple le cas de Georges Floyd. Une affaire dans laquelle une jeune fille a su utiliser son téléphone au bon moment. Un réflexe qui a permis aujourd’hui de faire arrêter Derek Chauvin, l’assassin de ce dernier.
« Avant de faire un commentaire ou de poster une image sur internet il faut réfléchir à deux fois », soutient Mr Nunekpeku. Dès lors, pour renforcer la sécurité il faut sensibiliser sur le partage de données à caractère personnel et utiliser un chiffrement afin d’éviter les plagiats surtout pour les journalistes. Récemment, les populations ont eu connaissance d’un piratage de plus de 5. 000 emails et dans ce cas de figure précis, l’utilisateur est la première personne qui doit protéger ses données, selon le président d’ISOC Sénégal.
C’est dans cette mouvance qu’il appelle à plus de vigilance en faisant des mises à jour régulières pour contrer les brèches, en se posant des questions sur la viabilité des liens sur internet.
Mr Nunekpeku d’affirmer qu’ISOC va travailler en étroite collaboration avec le MENT sur la sensibilisation des filles soutenant qu’ « Aujourd’hui on peut parler des femmes dans le domaine des TIC et ma volonté c’est que ces femmes puissent prendre le temps d’intégrer les filles à la connaissance des TIC ». Pour finir, il incite les jeunes filles à se lancer dans la création des start-up et pouvoir ainsi entreprendre par le biais du numérique qui constitue un levier de développement économique, mais aussi social.
 
« Numérique et Entrepreneuriat »

Ce webinaire consacré à la JIFTIC a également connu la participation de Maïmouna Diakhaté, présidente de SENUM, un organisme dédié à la synergie pour l’Education au Numérique et aux Médias dont l’objectif est de renforcer la formation professionnelle et technique qui peut être un levier du développement économique à l’horizon 2025. Son plan d’action soumet une stratégie de développement du numérique dans la formation technique axée sur l’offre de formation.
 
Il s’agit pour le SENUM également de promouvoir une démarche collaborative à tous les niveaux et des initiatives allant dans le sens de la vulgarisation des opportunités de l’économie numérique.
Pour se faire, Mme Diakhaté entend une vulgarisation du numérique dans les établissements, et un renfort dans le plaidoyer pour une meilleure autonomisation des jeunes sortis des structures de formation professionnelle et technique notamment des filles et des femmes via les TIC.
Dans ses propos, la présidente de SENUM annonce parallèlement une volonté d’aider les jeunes en situation de handicap en les outillant de façon à ce qu’ils puissent développer des projets et faciliter leur insertion professionnelle.
« Le ministère a prévu d’outiller tous les centres en matériel numérique d’installer des salles multimédias»,  termine-t-elle.
 
« Le Numérique pour une Autonomisation des femmes et des filles »

Ndèye Tacko Dieng par la voix du réseau SONATEL, partenaire du MENT, s’est exprimée en tant que panéliste lors de cette conférence en ligne.
Elle a affirmé lors de son intervention la volonté de la SONATEL de démocratiser le numérique de manière inclusive en annonçant à cet effet la mise en place d’un volet dédié à l’inclusion des femmes dans le numérique. Elle poursuit : « Nous avons intégré ce volet pour l’inclusion des femmes par le numérique et SONATEL s’engage à accompagner ses initiatives. En synergie avec toutes les parties prenantes, la SONATEL compte accompagner les jeunes filles pour leur faire comprendre la valeur de leur apport dans le développement local à travers le numérique qui est un outil d’autonomisation.
« Limitation de la fracture technologique du genre dans les TIC »
L’Union internationale des télécommunications, par la voix de son représentant Ali Idriss Badiel, a réitéré son accompagnement au Sénégal lors de cette journée. Un accompagnement à l’honneur du Sénégal au vu de la volonté politique dans l’engagement pour une économie numérique inclusive.
Par ailleurs, Mr Badiel a étalé le plan d’action de l’UIT consistant essentiellement à favoriser la participation des filles dans l’économie du pays et à les encourager à travailler dans les métiers du numérique. Un plan stratégique visant à limiter la fracture technologique du genre dans les TIC.

« Le MENT pour la clôture »
Le Secrétaire Général de l’économie numérique et des télécommunications, Yoro Moussa Diallo a également pris part à ce webinaire par la voix de son ministre Yankhoba Diattara.
Dans son discours, il entend doter le Sénégal d’un environnement visant l’égalité numérique, et agir au mieux dans ce milieu, car les TIC contribuent de manière forte à l’accès à l’éducation, à la santé et bien d’autres secteurs prioritaires au quotidien.
C’est le lieu pour le SG de magnifier toutes les initiatives sorties de cet échange qui rejoignent la matérialisation de la volonté du président Macky Sall de faire du Sénégal, un pays émergent à travers l'accélération de la création d'emplois et d'amélioration de la productivité des secteurs prioritaires du Plan Sénégal Émergent.
Vendredi 23 Avril 2021
Dakar actu




Dans la même rubrique :