Gestion des Inondations / Keur Massar : Populations et techniciens font le bilan du PROGEP II.


Certaines  zones du tout nouveau département de Keur Massar ont renoué avec les inondations cette année encore. Parmi elles, on peut citer la cité Camille Basse et certains quartiers des Parcelles Assainies de Keur Massar. Mais de l’avis de certains riverains, les travaux du PROGEP II ont largement contribué à diminuer les dégâts.

Ainsi, M. Senghor, un habitant d’Unité 1, assure que pour cette année-ci, la situation s'est améliorée. "Seulement trois  maisons ont été victimes d'inondation par rapport aux années précédentes et certaines artères de Keur Massar ne sont pas devenues impraticables par rapport à l’année dernière. Pour aller travailler à  la cité IPRES, on était obligé de prendre des contournements pour éviter l'eau sur la route principale. Mais cette année ce n'est pas la même chose. Beaucoup de zones ont été épargnées", assure-t- il. 

Il a insisté sur la nécessité de respecter les dates de livraison des travaux et d'établir un dialogue de vérité entre autorités et populations, pour éviter les malentendus. En effet, après les fortes inondations de 2020, le chef de l'État a lancé  le projet de gestion des eaux pluviales ( Progep 2) pour un montant de 15 milliards. Le tout sans compter la poursuite de la réalisation du programme décennal de lutte contre les inondations mis en œuvre depuis 2012.

Le Ministre des collectivités territoriales Omar Guèye avait annoncé que les travaux ont été exécutés à 80%.  Sur les lieux des travaux, menés par Henan Chine et la CSTP, on peut constater de visu que des efforts ont été consentis, car les eaux en provenance de plusieurs localités où les travaux ont été effectués, leur évacuation vers la mer de Mbao est effective avec l'aide de plusieurs bassins qui facilitent le drainage des eaux pluviales.

Des milliers de raccordements sont prévus pour matérialiser ce projet qui va durer 4 ans et qui permettra de soulager les populations de Keur Massar et environs. Les failles qui ont été constatées sur certaines zones, ce sont les travaux de raccordement qui n'ont pas été effectués. Mais dans la plupart des cas ce retard est dû à un mauvais lotissement qui rend difficile l’accès des grosses machines dans la zone.

Mais, en attendant, des canaux rudimentaires ont été creusés en urgence pour soulager les sinistrés et des dispositifs  de pompage ont été installés dans les zones concernées, nous rapporte un ingénieur qui travaille sur les lieux, mais qui a préféré garder l'anonymat et qui confirme le ministre de l’intérieur lors de sa visite effectuée sur site le 22 Août 2021...
Lundi 23 Août 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :