ARRÊTÉ À PLUS DE QUATRE MILLIARDS - Touba a-t-il encore voté une utopie de budget ?


À quoi bon sert-il de voter un budget de 4 240 200 000 francs, alors qu'on est sûr de ne pas recouvrer la moitié de la somme ? Voilà la question que beaucoup de conseillers municipaux de Touba ont posé lors de la session de ce jeudi. Une question jugée opportune par le maire lui-même. Abdou Lahad Kâ a, en effet, osé reconnaître que depuis qu'il est édile de la commune, jamais la moitié des budgets n'a été recouvrée. Cela, dira-t-il, est dû au fait que les niches de recettes ne produisent presque absolument rien, du fait de la réticence des populations à s'acquitter de leurs taxes et autres impôts. Autrement dit, si rien ne change durant 2018, ce budget et son montant n'existeront que dans la tête des gens et sur les documents distribués.

Dans les débats, beaucoup s'offusqueront de cette manie de l'autorité à gonfler inutilement les chiffres, alors que la réalité du terrain offre un budget juste inférieur ou égal à deux milliards. 

Dans la répartition, quelques remarques peuvent être faites. Le cabinet du maire se retrouve avec une somme de 231 800 000francs, soit 8,77%. Dans le document, il est précisé que l'argent sera affecté à l'achat de carburant, l'acquisition de fournitures, de matériels de bureau, aux paiements des indemnités du maire et de ses adjoints. Il est également prévu d'autres dépenses telles que les secours des indigents, des sinistrés, mais aussi des subventions pour les lieux de culte et d'autres dépenses diverses ou imprévues. Les dépenses d'investissement sont fixées à 1 600 000 000 francs soit 37,73% du budget. Les recettes de fonctionnement s'élèvent à 2.640.240.000 francs soit 62,27%.
Les fêtes et cérémonies bénéficieront d'un capital de 215 millions. 
Vendredi 5 Janvier 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :