Santé : La Fetras demande le vote de la loi reconnaissant la médecine traditionnelle.


C'est en marge de leur assemblée générale tenue ce dimanche, que les médecins traditionnels affiliés à la fédération des tradipraticiens de santé du Sénégal ont encore dépoussiéré leur demande relative au vote de la loi reconnaissant la médecine traditionnelle. Serigne Modou Guèye qui rempile encore pour un nouveau mandat à la tête de cette structure, a porté la voix de ses collègues et a précisé que le projet de loi sur la médecine traditionnelle a été validé en conseil des ministres par le président de la République, alors que son vote à l'Assemblée nationale fait toujours défaut, ce qu'il dit ne pas comprendre. À l'en croire, l'organisation mondiale de la santé qui est l'organe de régulation du secteur, a recommandé aux pays africains de reconnaitre et formaliser le métier et la pratique de la médecine traditionnelle. Pour le président de la Fetras, leur association regroupe près de 7.000 membres, donc il est normal de régulariser le secteur pour mieux identifier ceux qui sont habilités à exercer ce métier.
Un métier qui selon lui, fait l'objet de beaucoup de publicité mensongère de la part de certains qui se targuent d'avoir solution à toutes les maladies. Pour Serigne Modou Guèye, il existe une complémentarité entre la médecine moderne et celle dite traditionnelle. « Il faut que les tradipraticiens et les médecins modernes travaillent de connivence pour mener à bien leurs missions », a laissé entendre le patron de la fédération des tradipraticiens de santé du Sénégal (Fetras) qui déclare dans la foulée que le blocage de leur dossier se situe à l'Assemblée nationale.
Mardi 14 Janvier 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :