Saly / Migration des enfants : « Si nos etats règlent les problèmes de santé et d'éducation... Ils doivent encore mieux faire » (Dr Djibril Fall, RAO)


Dans l'espace de libre circulation de la Cedeao, des dizaines de milliers d'enfants et de jeunes se déplacent volontairement ou sont contraints de se déplacer chaque année. Leur vulnérabilité est souvent renforcée par le fait qu'ils sont mineurs, souvent non accompagnés et en déplacement.

Leur parcours les conduit au-delà des frontières de leur pays, en dehors de toute protection formelle ou informelle, une situation à laquelle on ne peut remédier que par le renforcement et l'interconnexion des systèmes de protection nationaux des États Membres de la Cedeao pour la protection, la réintégration et l'accompagnement transnationaux de ces enfants et jeunes.  

La protection et la prise en charge des enfants vulnérables en mobilité sont assurées par le Réseau Afrique de l'Ouest (RAO) - un mécanisme transnational dont les membres proviennent de la Commission de la Cedeao, des agences gouvernementales, des organisations de la société civile, des organisations communautaires de tous les États membres de la Cedeao et de la Mauritanie, ainsi que des agences internationales et des ONG actives dans la région.

La vision du RAO est de rendre l'espace ouest-africain sûr pour les enfants et les jeunes en mobilité en connectant efficacement les systèmes de protection nationaux des États membres et de la Mauritanie pour mieux identifier, protéger, réintégrer et suivre les enfants vulnérables.

Une situation qui pousse le patron de la RAO à interpeller les États Africains face à  leurs responsabilités. "Notre responsabilité est collective... Nous avons dit aux États de s'occuper à investir dans l'éducation, la santé...Car ces États pouvaient faire plus dans ces domaines...", dénonce le Dr Djibril Fall. 
Jeudi 10 Mars 2022
Dakaractu




Dans la même rubrique :