Manifestation contre le Référendum en Guinée : L’opposition investit les axes stratégiques de la capitale.


 
"Non à un 3ème mandat", "Oui à l’Alternance", "Non à une présidence à vie''. Telles sont, entre autres, les signaux forts inscrits dans les panneaux et pancartes à l’endroit du président guinéen Alpha Condé. Plusieurs milliers de ses compatriotes ont initié ce mardi 26 novembre 2019 une manifestation de protestation. L’opposition, elle, a sorti la grosse artillerie en ayant recours à une mobilisation exceptionnelle aux allures d’une démonstration de force. Une parade organisée par le Front national pour la défense de la constitution (Fndc), renseigne la presse guinéenne.
 
Celle-ci, parcourue par Dakaractu informe que toute l’opposition guinéenne réunie s’était donnée rendez-vous au rond-point de la Tannerie pour montrer sa détermination. Ce, face à ce que Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition, considère comme ‘’une confiscation du pouvoir par un vieux qui ne veut pas lâcher le pouvoir’’. Lors de cette marche historique, l’ancien Premier ministre a déployé un impressionnant cortège avec des véhicules et motocyclistes.
 
De Gbessia Kondebounyi à Concasseur en passant par Hamdalaye, le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée a drainé sur son passage une foule immense composée en majeure partie de jeunes. Pour ces manifestants, il s’agit d’un devoir citoyen de rejoindre l’appel du Fndc.
 
Participant à ce long itinéraire de treize kilomètres pour rallier l’esplanade du stade du 28 septembre (point de convergence), Mamadou Dian Bah du Parti Model de dire, pour s’en féliciter, que ‘’la jeunesse est en train de prendre son destin en main’’. À l’en croire, la jeunesse veut, à travers cette journée de protestation, marquer ‘’sa désapprobation à un mandat de plus »,  cela, en opposant un refus catégorique à une tentative d’intimidation de la part du régime du professeur Condé.
 
Du côté des organisateurs, l’objectif est clair : faire en sorte que le président entérine son projet de révision de la Constitution et procéder, sans délai, à la libération des "otages politiques". ‘’Nous demandons au professeur Alpha Condé de libérer Sanoh, Elie Kamano, Sékou Koundou, Amiral Dak Kamano (…)’’, a confié Faya Milliomono. Président du Bloc Libéral, par ailleurs, coordonnateur du Fndc, il a mis le président Condé en garde et l’a invité à méditer sur la forte mobilisation de ce mardi 26 novembre. Une mobilisation qui devrait lui permettre de réaliser ‘’qu’il n’y aura plus jamais de troisième mandat en Guinée’’. Terminant son discours, F. Milliomono d’indiquer que ce combat patriotique va continuer de plus belle jusqu’à Sékhoutouréyah (résidence officielle et bureau du président guinéen).
Mercredi 27 Novembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :