Khadim Ndiaye (Commissaire aux enquêtes économiques) : "Mr Assane Samb, vérifiez au moins vos informations sur le prix du pain!"


 

Dans « Vie des ménages au Sénégal: Après les élections, le sale temps » que vous avez destiné aux Senegalais,  dans la presse, vous avez affirmé que le prix de la baguette de pain a connu une hausse car coûtant désormais 200frs à Dakar. 

 

Je tiens à préciser avec force que vos affirmations sont infondées et ne reposent par conséquent sur aucun fondement factuel encore moins juridique.

 

  • Tout d’abord, vous devez comprendre qu’il n’existe pas un seul format de pain tel que affirmé dans  votre contribution. En effet, l’arrêté n°024749 du 14 octobre 2019 portant homologation des prix du pain dans la région de Dakar prévoit quatre formats de pain avec des prix correspondants. Il s’agit du format de 65g cédé à 50frs, du format de 125g vendu à 100frs, du format de 190g (format standard) proposé à 150frs et enfin celui de 230g (nouveauté) devant être vendu aux consommateurs à 200frs. C’est exactement l’introduction de ce nouveau format qui vous fait croire à une hausse du prix du pain alors que tel n’est pas le cas même pour ce format précis (nous y reviendrons dans nos développements ultérieurs).

 

  • Ensuite,  dire ainsi, de façon péremptoire que le prix de la baguette coûte désormais 200frs au lieu de 150frs, constitue une affirmation gratuite, dénuée de tout fondement. Pour s’en rendre compte, il suffit tout simplement de vous renvoyer aux dispositions de l’article2 de l’arrêté précité qui stipule expressément que le format de 230g (format auquel vous faites allusion pour parler de hausse à 200frs) est exclusivement vendu au niveau de la  boulangerie et de ses prolongements. Je vous rappelle alors que cette mesure a une portée limitée en ce qu’elle est circonscrite dans un espace qui ne saurait dépasser la boulangerie et ses prolongements.

 

Ainsi, parler de hausse même si c’est dans ces lieux de vente pour ce format, c’est mal comprendre le mode de détermination du prix du pain car ici, il s’est agi tout simplement de tenir compte du poids pour fixer un prix correspondant (rapport poids /prix).

 

  • Enfin, la production du format standard de 190g à 150frs est rendue obligatoire par les dispositions de l’article premier alinéa 2 de l’arrêté susmentionné. Cela signifie que ce format doit être présent dans toute la chaine de distribution impliquant donc une accessibilité du produit aux populations. 

En  conséquence, toute substitution à un autre format surtout celui de 230g constitue une violation de la réglementation, passible de sanctions. 

Ainsi, le maintien de ce format traditionnel avec son prix antérieur 150frs, je dis bien 150frsau lieu de 200frs montre à suffisance qu’aucune hausse du prix du pain n’est enregistrée et que les consommateurs continuent toujours de se le procurer dans les lieux habituels de vente (boulangeries, boutiques etc…).

 

En conclusion, il me parait nécessaire, compte tenu, d’une part, de l’amalgame que certains veulent entretenir sur les dispositions pourtant sans équivoque de l’arrêté portant homologation des prix plafond du pain dans la région de Dakar, d’autre part, de la volonté d’autres acteurs de la vie nationale de nier aveuglément les efforts importants fournis par l’Etat dans beaucoup de secteurs dont celui de la boulangerie et du commerce en général, de rappeler à tous les consommateurs que les prix du pain (au lieu de “le“ que vous avez utilisé) à Dakar et dans les régions, n’ont enregistré aucune hausse y compris pour le format de 230g dont l’introduction dans la nomenclature des prix obéit seulement à un souci de prendre en compte les préoccupations objectives des acteurs du secteur de la boulangerie confronté depuis longtemps à des difficultés auxquelles l’Etat se devait d’apporter des solutions, tout en veillant à la préservation du pouvoir d’achat du consommateur.

N’est-il pas du rôle de l’Etat d’assurer un équilibre entre les  acteurs économiques (nécessaire cohabitation entre ordre public de protection et préservation de l’outil de production industrielle) ?

 

Sur le plan pratique, vous ne verrez pas Monsieur SAMB une seule baguette de pain de 230g vendue à 200frs dans les lieux autres que ceux indiqués dans l’arrêté susvisé, notamment dans les boutiques qui constituent par excellence les lieux de vente populaires du pain. Les professionnels de la boulangerie, parties prenantes des discussions ayant abouti à l’introduction consensuelle de ce nouveau format, sont conscients des enjeux, mais aussi du risque encouru en cas de non-respect des dispositions réglementaires car les services en charge du contrôle n’y tolèrent aucune entorse. 

Félicitons l’Etat qui ne cesse de mettre en place des mécanismes et des politiques qui vont dans le sens de l’amélioration du pouvoir d’achat  des populations malgré un environnement international de plus en plus défavorable.  

S’il est alors difficile pour certains de reconnaitre ces efforts je ne sais à quelle fin, je leur concède ce droit, mais  au moins, qu’ils aient  l’honnêteté intellectuelle de “rendre à CESAR ce qui est à CESAR“.

 

 

Khadim NDIAYE, Commissaire aux Enquêtes économiques, responsable politique à Touba darou marnane 

Lundi 2 Décembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :