Conférence annuelle des chefs de parquet : Le ministre de la Justice s’engage à l’amélioration de la communication du Ministère public.


La Conférence annuelle des chefs de parquet s’est ouverte ce matin à Dakar en présence du garde des sceaux. Cette conférence a réuni tous les Procureurs généraux et les Procureurs de la République « pour discuter d’un sujet d’intérêt commun, procéder aux ajustements nécessaires pour une démarche harmonisée de la politique pénale à l’échelle du pays, un tel rendez-vous disais-je, est pour la famille judiciaire d’une importance capitale », a rappelé le garde des sceaux, Me Malick Sall. Ce dernier s’est par ailleurs engagé suivant le document de référence des parquets du pays, la Circulaire de Politique pénale Générale, « de mettre en place le mécanisme de suivi de l’action publique annoncé à l’Axe 8 de la Circulaire, consacré à l’amélioration de la communication du Ministère public ». Selon le ministre, « il est en effet absolument crucial que les informations relatives aux poursuites dans les affaires sensibles - ou affaires signalées dans le jargon des procureurs - et à la façon dont elles sont ouvertes, fassent l’objet d’une remontée, suivant un canal institutionnel ». Sur le thème de la conférence qui est le suivi de l’action publique et plus précisément la remontée d’information, le ministre de faire savoir qu’il entend, prolonger la dynamique de renforcement des fondamentaux de notre système de justice pénale. « Il nous faut accentuer nos efforts en vue de parvenir, très rapidement, à une uniformisation ou à tout le moins, une harmonisation de la réponse pénale sur l’ensemble du territoire. L’édiction d’une circulaire qui porte les orientations majeures de la politique pénale, est la première impulsion dans ce sens. Elle fournit des repères aux procureurs, dans l’accomplissement de leur difficile mais exaltante mission », a-t-il aussi dit. Le ministre de conclure avec l’espoir qu’au sortir de cette conférence annuelle, un nouveau pas sera franchi « dans la solidification de notre démarche institutionnelle qui est un pilier - le pilier - de l’Etat de droit. »
Jeudi 28 Novembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :