Aminata Touré répond aux pourfendeurs de Macky : ‘’Ce n’est pas le moment d’avoir des polémiques politiciennes’’


L’ancienne Première ministre, Aminata Touré a pris le relais pour remettre certaines pendules à l’heure, après le message à la Nation délivré lundi dernier par le président Macky Sall. Actuelle présidente du Conseil économique, social et environnemental (Cese), elle a sorti une déclaration pour recadrer tous ceux qui critiquent les mesures prises dernièrement par le président Macky Sall tendant à alléger l’état d’urgence.

‘’Ce n’est pas un choix qui est fait entre la question économique contre la question sanitaire. C’est les deux qu’il faut mener ensemble. C’est comme cela qu’il faut le comprendre. Et ce n’est pas à mon avis, le moment d’avoir des polémiques politiciennes, je ne le crois pas. On peut ne pas être d’accord avec les décisions qui ont été prises, mais il faut amener des décisions qui indiquent une voie de sortie. Le virus ne fait pas de différence entre qui est dans le parti X ou le parti Y. Donc il faut que nous puissions, comme c’était le début de la crise, apporter des solutions, quand on n’est pas d’accord avec les solutions qui ont été données’’, a dit Mimi Touré comme pour porter la réplique à Ousmane Sonko qui a fait une sortie médiatique ce matin.

L’ancienne cheffe de gouvernement de rappeler que Macky Sall a allégé certes, mais que les mesures prises initialement alors qu’il décrétait le couvre-feu demeuraient toujours. ‘’Le président a pris une seconde génération de mesures, mais l’essentiel des premières mesures sont là. Il faut se le rappeler nous sommes toujours en période de couvre-feu même si cette dernière mesure a été légèrement raccourcie, la circulation entre les différentes régions et les départements est réglementée donc nous sommes toujours dans cette situation d’état d’urgence. Maintenant, comme c’est partout le cas, il faut commencer à envisager le retour à la vie normale, parce que beaucoup de nos concitoyens n’ont pas les moyens de rester enfermés chez eux. Nous ne devons leur donner le choix entre survivre du Covid et mourir de faim. Cela ne doit pas être l’un ou l’autre, je pense qu’il faut également tout en veillant, évidemment à la protection de chaque citoyen par la mise en application   des mesures barrière (port du masque, lavage régulier des mains, instauration d’une distanciation sociale physique, que ce soit dans les lieux de travail, dans les marchés etc) pour qu’on puisse retourner à la normale’’.

Pour elle, cette décision présidentielle de lever un peu le pied ‘’est importante, parce que 70% de nos concitoyens vivent dans le secteur informel. Ce sont nos enfants ambulants, les tailleurs, les coiffeurs, ce sont eux qui amènent la dépense quotidienne chez eux. On doit aussi voir comment les aider à avoir des ressources, même si l’Etat a fait un appui alimentaire important. Maintenant, il faut que les gens commencent à retrouver vraiment les moyens de subsistance’’, a-t-elle aussi déclaré...
Mercredi 13 Mai 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :