Pot de départ : Le travail de Fatou Jagne Senghor à la tête de l’Article 19 salué par ses pairs journalistes et membres de la société civile.

Après plus dix ans passés à la tête de l’ONG Article 19 et de loyaux services rendus aux peuples africains, la présidente Fatou Jagne Senghor a rendu le tablier à la nouvelle génération qu’elle a su elle-même former au sein de cet organisme non gouvernemental. À l’occasion du pot de départ organisé cet après midi du 02 Mars 2021, plusieurs membres de la société civile, des journalistes amis proches et parents ont effectué le déplacement pour rendre un hommage mérité à Fatou Jagne Senghor.


Ibrahima Lissa Faye : « Nous saluons surtout son engagement pour la liberté de la presse »

Pour le président de l’association de la presse en ligne, le journaliste Ibrahima Lissa Faye, Fatou Jagne Senghor est une « héroïne » qui s’est beaucoup activée pour la liberté d'expression et l’accès à l’information pour les journalistes. Le président de l’APPEL retient en elle, une activiste noble qui s’est beaucoup engagée pour la libération du peuple gambien contre le régime de Yahya Jammeh. « Fatou c’est d’abord une sœur avant d’être un partenaire. Depuis qu’elle est arrivée au Sénégal en tant que représentante du bureau régional d’Article 19, on a eu à travailler ensemble. Avant c’était dans le cadre de la convention des jeunes reporters vers les années 2005-2006 et là on a continué à travailler ensemble. On a même eu à boucler un projet dans le cadre de la Covid-19, le rôle des médias, la liberté d’information en tout. Nous saluons surtout son engagement pour la liberté de la presse, mais aussi et surtout son engagement pour la libération du peuple gambien. C’est une activiste noble, une dame qui s’est battue pour la liberté des journalistes », témoigne Ibrahima Lissa Faye.  

Alioune Sané : « Son apport a été très décisif sur l’avancée de la démocratie en Gambie »

Embouchant la même trompette que le journaliste, le coordinateur du mouvement Y en a marre, Alioune Sané, salue l’éminent travail consenti par Fatou Jagne Senghor pour la libération du peuple gambien et l’avancée de la démocratie dans un pays longtemps miné par la dictature du régime de Jammeh. « Nous avons tenu à marquer notre présence, parce que Fatou c’est avant tout une collaboratrice avec qui on a beaucoup travaillé ensemble dans le cadre du mouvement Y en a marre. Elle a beaucoup participé à conscientiser les jeunes à avoir l’esprit de Y en a marre à travers des sessions de formation pour avoir un certain leadership. C’est une personnalité africaine qui a beaucoup travaillé sur le problème de Gambie à l’époque. Son apport a été décisif sur l’avancée de la démocratie en Gambie. C’est une sœur qui est toujours à l’écoute de ses frères activistes », se félicite Alioune Sané...
 
Mercredi 2 Mars 2022
Dakaractu




Dans la même rubrique :