Covid-19 : Ces nouvelles mesures prises par le Cous pour freiner les cas importés.


Le Sénégal qui sort fraîchement d’un état d’urgence après 4 mois de présence de la maladie du coronavirus, a décidé d’apporter des mesures correctives pour venir à bout des cas importés. Ce, à quelques jours de l’ouverture des frontières et de la reprise des vols internationaux. Les autorités en charge de la santé, dans leurs nouvelles stratégies de lutte, ont décidé d’aller vers l’exigence de test pour tous les voyageurs en partance ou sur le départ pour freiner la propagation de la maladie. 
 
‘’Une réflexion est menée par rapport aux voyageurs pour le Sénégal. Avec l’ouverture prochaine des frontières et la reprise des vols au niveau international : Aujourd’hui, la stratégie est de prélever tous les voyageurs à l’Aibd (Aéroport international Blaise Diagne) à l’arrivée, que les passagers fassent leur test avant de rentrer dans le territoire national. Le test à l’aéroport n’est pas viable. Parce que si on arrive à avoir plus de 1 000 passagers arrivés au même moment, le soir, techniquement, il sera trop difficile de faire les tests. Donc, c’est une réflexion qui sera approfondie et validée par les autorités’’, a dit le Dr Abdoulaye Bousso qui faisait le point, ce jeudi 2 juillet 2020.
 
Ce dernier, directeur du Centre des opérations d'urgence sanitaire (Cous) d’expliquer que ces tests effectués vont aider ‘’à diminuer le nombre de cas importés’’. Mais, il a rappelé que cette mesure s’appliquera aussi sur les sujets qui comptent sortir du pays. ‘’De la même manière, si le Sénégal décide de faire des tests à l’arrivée, pour le départ, cette situation va se poser également, pour les personnes qui doivent voyager. Cela est une situation nouvelle. Aujourd’hui, il y a des pays qui demandent à leurs ressortissants des tests pour le voyageur. Un/des laboratoire(s) vont être désigné(s) pour faire ces tests au niveau du Sénégal. Maintenant, le débat est là :  On verra si c’est à la charge de l’État ou du voyageur’’, a révélé le directeur du Cous.
 
Il faut noter qu’à ce jour, avec la fermeture des frontières et de l’arrêt des vols, les cas importés ne représentent que 2% du nombre de personnes malades de la Covid-19. D’où l’importance, selon lui, d’adopter ces changements pour réduire la propagation.
 
Jeudi 2 Juillet 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :