Lumière sur le rapport de la Cour des comptes : Aida Mbodj confirmée par l’organe de contrôle ?


Le rapport définitif de la Cour des comptes sur la gestion des fonds Force-Covid-19 est toujours au centre des débats. Non seulement le moment a été mal choisi car correspondant à une souffrance sans précédent des populations, mais également, les recommandations et observations sur le rapport prouvent à suffisance que des efforts en matière de transparence devraient être faits pour rassurer les citoyens.

Ce Fonds de riposte et de solidarité doté d’une enveloppe de mille milliards de Francs CFA a été mis en place et alimenté par l’Etat, le secteur privé, les partenaires au développement et les bonnes volontés dans la perspective d’atténuer les conséquences néfastes de la pandémie du Coronavirus.

Selon la présidente de l’Alliance Nationale pour la Démocratie/ And Saxal Liguey, qui avait d’ailleurs alerté le 15 juin 2020, dans le cadre du contrôle de la gestion de cette pandémie de covid-19, en introduisant au sein de l’Assemblée Nationale, une question d’actualité, «la lumière sur cette affaire doit faite pour répondre au principe de la redevabilité».

Dans une note parvenue à rédaction, l'ancienne parlementaire de la 13e législature rappelle que sa requête d’alors est restée sans suite. «Ce sont les enveloppes de 64 et 69 milliards de Francs CFA respectivement destinées aux secteurs en charge de la santé et de l’aide alimentaire d’urgence où des justifications étaient attendues de la part des responsables» précise le communiqué du parti de la lionne du Baol qui souligne au passage qu’elle avait même récolté des menaces de mort émanant d’un numéro de téléphone fixe du Ministère de la Santé, la conduisant à une plainte déposée auprès des autorités judiciaires, aussi, restée sans suite.

Au regard de ces violations récurrentes du principe constitutionnel de bonne gouvernance démocratique relevées, lors de leur mission, par le rapporteur, les magistrats et les assistants de vérification de cet organe supérieur de contrôle, Aïda Mbodj et ses camarade s’indignent de la dilapidation, sans état d’âme, des deniers publics et réaffirment que les relations entre la justice et la politique doivent se départir de tout arbitraire dans le cadre de l’ouverture des informations judiciaires exigée par la Cour des Comptes.

Ils exhortent aussi, l’ensemble des forces vives de la Nation à se mobiliser et à manifester un engagement indéfectible pour la consolidation de la redevabilité et de ses effets au service exclusif de l’émergence du pays.
Mardi 3 Janvier 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :