Benno Bokk Yakaar : Le début de la fin ?

La coalition présidentielle est-elle arrivée au terme de son existence ? C'est la question qui taraude l’esprit des observateurs suite à la sortie du chargé des questions électorales de l’Alliance des Forces du progrès (AFP). Bouna Mohamed Seck a, au cours de l’émission “Objection”, affirmé que les progressistes présenteront un candidat en 2024.


Benno Bokk Yakaar : Le début de la fin ?
Jamais coalition présidentielle n’a aussi charrié les pronostics eu égard à sa longévité. Formée dans l’entre deux tours de la présidentielle de 2012 pour porter au pouvoir Macky Sall, Benno Bokk Yaakaar a bravé les intempéries et a réussi à se maintenir malgré quelques départs qui n’auront pas affecté sa pugnacité.  
C'est ainsi que cette coalition est sortie vainqueur des différentes échéances électorales dont les plus importantes restent sans doute les législatives de 2017 lors desquelles elle s'est s’adjugée la majorité des sièges (125/165) et la présidentielle de 2019. 
Un partage des responsabilités entre les partis les plus représentatifs aura beaucoup joué sur le maintien du bloc compact de cette coalition.   
Ainsi, dans les différents gouvernements, l'Afp et le Parti socialiste sont représentés selon leur poids électoral. 
  À l'Assemblée nationale, le perchoir est occupé par Moustapha Niasse qui n'est personne d'autre que le secrétaire général de l'Afp, tandis que le premier secrétaire du Ps est nommé Président du Haut Conseil des Collectivités territoriales (HCCT). 
  Conséquences : le parti socialiste et l’Afp qui constituent la sève nourricière de Benno Bokk Yaakaar ont rechigné à présenter un candidat au profit de Macky Sall qui rempile pour un mandat qui devrait être son dernier à la tête du pays. Suffisant pour que les ambitions tues jusque-là refassent surface. Et c’est l’Afp qui donne le la. 
 Invité de l’émission Objection de la radio Sud FM, Boun Mohamed Seck affirme que l’Alliance des Forces du progrès présentera un candidat en 2024. Le chargé des questions électorales explique que c’est une décision validée par les instances dirigeantes de l’Afp.  
 Plus loin, le Directeur de cabinet du président de l’Assemblée nationale indique cette posture nouvelle de l’Afp n’impactera pas l’unité et la cohésion au sein de Benno Bokk Yaakaar.  
 Mais le coup semble déjà parti. Les premiers actes qui imploseront la coalition présidentielle posés. Qui plus est Bouna Mohamed Seck soutient qu’un deuxième tour est fort probable si l’Afp, le Ps et l’Apr présentent chacun un candidat. Pour l’heure, la réponse de l’Apr reste timide. 
Mais dans les prochains jours, voire prochaines heures, elle devrait mettre les points sur les i, à moins qu’elle ne lise à travers cette sortie de Boun Mouhamed Seck un stratagème de l'AFP pour avoir un quota plus important dans le premier gouvernement de Macky II. Ce, d’autant plus que le Parti socialiste a déjà affiché son souhait d’être mieux représenté que dans le passé.    
Quoi qu'il en soit, Benno Bokk Yaakaar joue son unité et il suffit d'une étincelle pour que cette coalition vole en éclats. 
Lundi 11 Mars 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :