Précarité autour du système national de recherche agricole : les travailleurs de l'ISRA alertent le Gouvernement


Précarité autour du système national de recherche agricole : les travailleurs de l'ISRA alertent le Gouvernement
Après une première sortie dans les colonnes de Dakaractu samedi passé, l’intersyndicale des travailleurs de l’Institut sénégalais de recherches agricoles (Isra) a tenu, ce 18 janvier 2018 à Bel-Air, un sit-in suivi d’un point de presse. Le Syndicat Autonome de la Recherche Agricole et Agroalimentaire (SARAA) et le Syndicat National de la Recherche Scientifique Technique et Agricole (SYRESTA) ont tenu à organiser ces deux événements en ce jour où devait se tenir la réunion du conseil d’administration (CA) de l’ISRA pour évoquer, selon leurs dires,  « les difficultés profondes que vivent le personnel et les menaces réelles qui pèsent pour le bon fonctionnement de l’institution. Pour des raisons que les partenaires sociaux ignorent, cette réunion du CA a été
reportée ».

« L’objectif de ces deux événements, sit-in et point de presse, est de donner à tout le personnel, l’occasion d’interpeller les autorités et l’opinion publique sur la précarité autour du système national de recherche agricole dont l’ISRA est au cœur », souligne le communiqué. « Les travailleurs du SARAA et du SYRESTA bien que réitérant leur disponibilité et leur volonté de travailler en partenariat avec la direction générale vers un ISRA plus fort, soulignent que
des efforts sont à faire au plus pressant sur le volet social, les contrats de travail, les fonds alloués à la recherche et les recettes propres institutionnelles. Le faible budget de l’ISRA limite les performances de l’institution, retarde les cotisations sociales, empêche le recrutement de personnel qualifié », renchérit le document.

Par conséquent, les partenaires sociaux revendiquent : une mobilisation d’un budget conséquent adossé à un contrat de performance dont les partenaires sociaux seront parties prenantes; des fonds de recherche stratégique afin de garantir une autonomie et une priorisation des thèmes de recherche et d’innovations pour l’atteinte des grands objectifs de l’État du Sénégal.

En ce qui concerne le volet social, les travailleurs du SARAA et du SYRESTA dénoncent  «  la situation à l’IPRES qui concerne la grande majorité du personnel de l’ISRA, le paiement des droits à la retraite de même que ceux de l’ancienneté qui se font au cas par cas, l’absence d’IPM, le non règlement des factures dans la plupart des établissements sanitaires publiques, l’absence de médecin d’entreprise et des acquis sociaux bafoués ».

En outre, les travailleurs du SARAA et du SYRESTA exigent le retour des acquis sociaux pour lesquels ils cotisent et ont droit à une meilleure prise en charge médicale.
Bref, les travailleurs du SARAA et du SYRESTA renvoient les autorités au respect du code du travail et exigent une offre de recrutement définitif pour les besoins institutionnels.
Ainsi, les partenaires sociaux manifestent leurs inquiétudes grandes concernant la gestion du foncier et des ressources physiques institutionnelles ainsi que le fonctionnement des centres régionaux stratégiques (Djibélor, Kolda, Dahra, CDH, Sangalkam) au moment où d’autres centres s’ouvrent. Les travailleurs du SARAA et du SYRESTA exigent la sécurisation du patrimoine restant. Pour finir, ils fustigent le manque de cohérence dans les nominations et affectations, entre autres griefs. 
Jeudi 18 Janvier 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :