Mohamed Lamine Massaly : « Au mois de juin, si Macky Sall ne livre pas 5 millions de cartes d'électeur, nous allons marcher vers le palais pour les lui réclamer »


Le Mouvement "Alliance Pour le Départ de Macky" (NADEM) a été porté sur les fonts baptismaux hier au théâtre de verdure de Mbacké. Mouhamed Lamine Massaly, l'un des présidents dudit mouvement s'est exprimé lors de sa prise de parole axée sur trois points essentiels. 
Selon Massaly, "trois alternatives s'imposent à Macky Sall. D'abord, il doit libérer immédiatement et sans condition, Khalifa Ababacar Sall qui n'est rien d'autre qu'un détenu politique. Ensuite, il faut aussi un retour sans condition de Karim Wade. Son retour est une demande sociale. Et enfin, la démission de Aly Ngouille Ndiaye de son poste de ministre de l'Intérieur à la suite de sa déclaration partisane sur les élections à venir en 2019.
Le mensonge peut faire le tour du monde le temps que la vérité porte ses chaussettes. Il est temps que le régime actuel quitte ce pays. Nous n'avons pas peur de la mort encore moins de la prison. Nous n'accepterons pas de hold-up électoral. Quand un ministre de l'intérieur tergiverse sur les chiffres concernant le pourcentage qui correspond au nombre de Sénégalais ayant retiré leurs cartes d'identité et cartes d'électeur, il y a anguille sous roche. Des fois c'est 92%, des fois c'est 86%. Aly Ngouille Ndiaye doit partir qu'il vente ou qu'il neige. La dictature cessera. Prenons en main les choses nous jeunes de ce pays. Nous faisons 35% de l'électorat. Faisons face à ce lion qui dort."
Mouhamed Lamine Massaly ne s'est pas arrêté là. Parlant de la présidentielle de 2019, Massaly, pour terminer, avertit : "des millions de cartes d'électeur sont retenus par Macky Sall et son gouvernement alors que les citoyens se sont inscrits depuis. Si d'ici le mois de juin, Macky Sall ne livre pas 5 millions de cartes d'électeur, nous allons marcher vers le palais pour les lui réclamer. Nous sommes des Sénégalais pas des Congolais ni des Ivoiriens. Nous avons le droit d'avoir des cartes d'électeur et ils ont le devoir de nous les donner. C'est notre droit alors il faut que le Gouvernement livre les cartes retenues. Nous sommes dans un pays démocratique et de Droit. Ils sont avertis, alors ils n'ont qu'à livrer nos cartes pour que les citoyens puissent aller voter et les faire perdre au soir du 24 Février 2019"
Samedi 3 Mars 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :