Marche des enseignants à Kaolack : Le G6 a réussi le pari de la mobilisation, mais n'a pas pu terminer la marche en beauté


 L'appel à la marche de Kaolack a été une grande réussite en terme de mobilisation pour les membres du G6, c'est-à-dire les syndicats d'enseignants les plus représentatifs du système éducatif. Hormis la réponse massive des enseignants venus des différentes régions du Sénégal telles les régions de Dakar, Thiès, Kaffrine, Fatick, Diourbel entre autres, les élèves des établissements de Kaolack notamment ceux du lycée Valdiodio Ndiaye, ont aussi battu le macadam pour dénoncer les grèves cycliques. Toutefois, une seule fausse note a fait que les marcheurs n'ont pas pu terminer en beauté, et c'est un incident qui s'est produit à la préfecture de Kaolack. En effet, après une longue marche d'environ 2 km, les enseignants se sont rendus à la préfecture en vue de faire une déclaration devant le préfet, Mouhamadou Moctar Watt parce que n'ayant pas de mémorandum à lui remettre.
Sur les lieux, les 6 secrétaires généraux dont Souleymane Diallo du Sels, Abdou Faty du Sels/A, Saourou Sène du Saems, Abdoulaye Ndoye du Cusems etc, qui étaient venus rencontrer l'autorité préfectorale, ont finalement jugé nécessaire de bouder leur tête-à-tête avec le préfet qui, de son côté, était visiblement surpris par cette réaction. Un peu plus tard, des explications ont commencé à tomber ». Nous avons choisi de lui tourner le dos parce qu'on a noté un manque de considération de la part du préfet de Kaolack. D'une part, il a pris son temps avant de nous recevoir et d'autre part, lorsqu'il est sorti pour nous parler dans l'enceinte de la préfecture, une voiture a quitté l'institution pour venir traverser la foule qui suivait sagement la déclaration d'un camarade devant le préfet. C'est un manque de respect ", a pesté un enseignant. Interrogé, le préfet déclare : « Nous sommes dans le cadre d'un État de droit. Quiconque est libre de dire ce que bon lui semble, mais moi je n'ai pas à gérer les états d'âme des uns et des autres. Je suis là en ma qualité de représentant de l'État, donc il faudra que les choses soient claires, mais ils sont libres de dire ce qu'ils ont à dire. »
Au finish, les membres du G6 ont fait face à la presse en arborant des pancartes. Et l'ensemble des secrétaires généraux qui ont pris le mircro, ont invité l'État à respecter les engagements signés et jugés « réalistes » et « réalisables » et demandé à rencontrer le président de la République, Macky Sall, pour 'sauver l'année scolaire.
Jeudi 1 Mars 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :